"Mon cabaret", le spectacle que Biyouna compte jouer en Algérie

La célèbre comidienne algérienne, Biyouna, compte jouer son spectacle "Mon cabaret" dans plusieurs villes algériennes, notamment Alger, Oran et Annaba.
En effet, c'est dans une interview accordée au quotidien Le Point qu'elle le révèle. "On est en train de préparer une tournée là-bas, Alger, Oran, Annaba, la Kabylie. Mieux, nous voudrions faire une tournée dans le Grand Maghreb, la Tunisie et le Maroc inclus", a-t-elle déclaré, se réjouissant d'avoir le droit de dire ce qu'elle veut. "Même les histoires un peu scabreuses".
"On me réclame, j'entends des familles qui m'interpellent. Ils adorent l'interdit", dit Biyouna en parlant du public algérien, ajoutant: "Pour eux, je ne suis pas une actrice ou une comédienne. Je suis leur chose. Je suis à eux. Je le sais. C'est douloureux parfois [...] Mais c'est une belle douleur. Les gens dansent à la fin, ils sortent leur stress et j'en suis heureuse : « Dansez, chantez, n'ayez pas peur, la vie est belle. »".
Biyouna revient, dans son interview au quotidien français, à ses débuts de danseuse. "J'ai commencé par la danse, donc comme un vilain canard. Déjà, ma sœur chanteuse ne passait pas, mais moi, c'était pire, j'étais la rebelle", dit-elle, affirmant être rentrée dans la comédie "par effraction". "J'avais 16 ans et je suis allée comme visiteuse, voir un tournage. Il y avait aussi un casting en même temps. Les filles défilaient devant le réalisateur pour jouer un rôle. J'ai alors dit au régisseur, « mais il est facile ce rôle, pourquoi il se casse la tête comme cela ». J'ai une voix qui porte et le réalisateur s'est énervé et m'a dit : « Toi, là, montre-nous ce que tu sais faire. » Il m'a dit cela devant tout le monde, une centaine de personnes, avec toute l'équipe technique. Je ne l'ai pas supporté. Je me suis alors levée et lui ai dit : « Je vous interdis de me parler comme cela. » Il a alors dit : « C'est elle. »", explique-t-elle.
-On s'entend bien, mais on sait qu'il y a un problème-
Concernant les relations algéro-françaises, Biyouna estime qu'il y a "un grand mariage entre l'Algérie et la France. Mais il y a beaucoup d'enfants. L'Algérie et la France ne se quitteront jamais, que ces pays le veuillent ou pas".
Les qualifiant de mariage à la fois d'amour et de raison, Biyouna reconnaît tout de même l'existence d'un "problème" dans les relations algéro-françaises. "On s'entend bien, mais on sait qu'il y a un problème. Seulement, on ne sait pas lequel", a-t-elle martelé.
 

Videos
COMMENTAIRES