Monde

37 enfants palestiniens tués par les forces d’occupation depuis le début de l’année

 Le Mouvement mondial pour la défense des droits des enfants en Palestine a annoncé dimanche qu’au moins 37 enfants palestiniens ont été tués en 2018 par les forces d’occupation israéliennes en Cisjordanie occupée et dans la bande de Ghaza et qu’environ 13 autres sont devenus des handicapés à vie suite à des blessures provoquées par des tirs à balles réelles par les soldats sionistes.

Le Mouvement palestinien a indiqué que les forces d’occupation israéliennes avaient « intentionnellement tué les enfants palestiniens en les ciblant délibérément et directement, dans l’intention de les tuer ou de leur causer des lésions permanentes », a rapporté l’agence Wafa citant un communiqué de presse de l’organisation.

Parmi les enfants palestiniens tués, le mouvement a cité le cas de Bayan Abu Khamash d’un an et demi et sa mère qui était enceinte dans son neuvième mois ainsi que son père qui avait été blessé suite à un bombardement israélien ciblant leur maison à l’est de Deir Al-Balah, le 9 août dernier.

Arkan Mazhar, 14 ans, du camp de réfugiés « Ad-Dheisha » à Bayt Lahm, figure aussi parmi les enfants tués le 23 juillet dernier par une vraie balle à la poitrine pendant des manifestations contre les forces d’occupation israéliennes.

« Selon des témoins, l’enfant Arkan était loin de 70 mètres des soldats israéliens, quand il avait été blessé et ne constituait aucune menace pour les soldats d’occupation », a précisé la même source.

Le 14 de juillet dernier, les avions de l’occupant israélien avaient tué également deux enfants palestiniens, Ameer Al-Nemra et Louai Kohail, tous les deux âgés de 14 ans, pendant qu’ils jouaient à l’ouest de la ville de Ghaza.

Quant à l’enfant Abdullah, il avait été blessé au pied droit le 14 mai dernier, lors de sa participation dans les manifestations pacifiques de la « Marche du retour » sur les barrières érigées par l’occupant à Ghaza.

« Cette blessure lui a causé une grande lacération dans les os et les nerfs, obligeant les médecins à amputer son pied. En conséquence, cet enfant est devenu handicapé à vie » a mentionné le mouvement mondial pour la défense des droits des enfants en Palestine.

 

Source: APS

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close