En direct

4 Chrétiens algériens jugés pour ouverture illégale d'un lieu de culte

  •     "Les prévenus, qui ont entre 35 et 45 ans, sont accusés d’avoir ouvert un temple protestant sans avoir obtenu au préalable une autorisation des autorités", a déclaré Me Mohamed Ben Belkacem.
  •  
  •    Des charges supplémentaires d’hébergement illégal d’un étranger ont été également retenues contre l’un d’eux, a-t-il ajouté. "Il est poursuivi pour avoir hébergé sans autorisation un pasteur français venu en Algérie pour donner une conférence devant les membres de la communauté chrétienne de cette région", a-t-il précisé.
  •  
  •     Initialement prévu le 10 octobre, le procès avait été reporté à la demande du président du tribunal qui avait exigé la présence des témoins.
  •  
  •     L’exercice d’un culte en Algérie — musulman ou non musulman — est conditionné à l’obtention d’un agrément fixant le lieu du culte et d’un autre désignant le prédicateur, en vertu d’une loi de février 2006.
  •  
  •    Plusieurs procès ont été intentés ces derniers mois contre des Algériens pour "atteinte aux préceptes de l’islam" notamment contre des convertis au christianisme.
  •  
  •    Huit musulmans non jeûneurs du ramadan avaient été relaxés le 8 novembre par le tribunal correctionnel d’Akbou, dans la région de Béjaïa (250 km à l’est d’Alger), en Kabylie.
  •  
  •    Mi-octobre, un jeune avait été condamné à deux ans de prison ferme et 100.000 dinars (1.000 euros environ) d’amende pour n’avoir pas jeûné fin août durant le ramadan à Oum El Bouagui, à environ 500 km au sud-est d’Alger, selon la presse algérienne.
  •  
  •    Mais le procureur avait ensuite indiqué qu’il avait été condamné pour destruction de bien d’autrui en ayant cogné sa tête contre une vitre du commissariat qu’il avait brisée.
  •  
  •    Deux chrétiens non jeûneurs avaient été également relaxés le 5 octobre à Ain el Hammam, en Kabylie.
  •  
  •    Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a déclaré le 21 octobre devant l’Assemblée nationale que la liberté de culte sera "toujours garantie" en Algérie, où l’islam est religion d’Etat.
  •    
  • Ennaharonline
  •  

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!