En direct

90 affaires criminelles devant le Tribunal Criminel d’Alger du 8 juin au 10 juillet

Parmi ces affaires criminelles, celle des membres de la famille du terroriste Abou Zeid et de ses acolytes qui aura lieu le 25 juin. Ces derniers sont accusés d’appartenance à un groupe terroriste qui soutenait, depuis de longues années des groupes terroristes dans le Sahara algérien sous les ordres d’El Para, Mokhtar Belmokhtar et Abdelhamid Abou Zeid, et responsable de l’enlèvement de touristes étrangers, de trafic de stupéfiants et de contrebande pour le financement de groupes terroristes.

 

Le 16 juin, l’affaire d’Abdelmalek Droudkel et de 43 terroristes présumés impliqués dans plusieurs massacres collectifs et assassinats ayant principalement ciblé en 1998 des éléments de la sécurité sera traitée par le tribunal criminel.

Le tribunal devra se prononcer le 10 juillet prochain sur l’affaire de 20 terroristes présumés dont Abdelmalek Droudkel et d’autres poursuivis pour homicide volontaire à l’encontre de civils et de militaires et pour enlèvement en contrepartie d’une rançon.

Le 23 juin, la même juridiction devra traiter l’affaire de Kobbi Hocine, à l’origine du démantèlement du noyau du GIA, et accusés ainsi que 6 autres terroristes présumés d’appartenance à un groupe terroriste, auteur d’assassinats et d’attentat à l’explosif dans des lieux publics qui ont fait plusieurs morts et blessés. Ils sont également poursuivis pour délits de viols et d’enlèvement.

Concernant les détenus transférés de Guantanamo, le tribunal criminel statuera le 30 juin, l’affaire de Belbacha Ahmed déjà condamné en 2009 par contumace à 20 ans de prison ferme. Entre autres affaires épineuses inscrites au rôle du tribunal criminel, il y a lieu de citer celle de Kachniti Redouane (9 juillet).

 

Il a déjà été entendu par un juge d’instruction français pour "détention d’informations importantes sur l’assassinat des moines de Tibehirine", a indiqué une source judiciaire à l’APS. Le tribunal devra également traiter le 23 juillet prochain l’affaire liée au "trafic de migrants par un groupe criminel organisé" dans laquelle sont impliqués neuf individus".

 

Le deuxième rôle complémentaire comporte d’autre part des affaires liées à l’ordre public dont celle de trafic de stupéfiants, d’homicide volontaire, d’attentat à la pudeur, d’écriture en faux, de vol au sein d’une association de malfaiteurs et d’évasion fiscale dont les auteurs encourent la peine capitale. (APS)

 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!