En direct

Aboul Akouaâ raconte 14 années de terrorisme

  • Après la mort de son oncle, ‘Aboul Akouaâ’ a disparu pendant six mois de peur d’être découvert. Il vivait alors entre Oran et Djelfa avant qu’il ne décide de retourner à Blida où il apprend que les services de sécurité le cherchaient. A ce moment là, il décide de renouer avec les groupes terroristes et exactement avec le terroriste ‘A. B.’, alias ‘Houdeifa’ qui s’est chargé de l’emmener chez les groupes terroristes du GIA à ‘Mezine’ aux environs de Larbaâ dans la wilaya de Blida.
  •  Dans ses aveux à la justice, ‘Aboul Akouaâ’ raconte, jusqu’au petit détail, les opérations terroristes auxquelles il avait pris part, comme le vol de 16 véhicules 4X4 appartenant à la société Sonatrach, déclarant que les terroristes avaient utilisés ces véhicules pour aller au Mali et plus exactement dans la région de ‘Chouaret’ où ils sont restés pendant trois mois. Les terroristes avaient achetés deux armes légères, 20 Kalachnikov et deux lance-roquettes en plus de munitions.
  • Le groupe terroriste était ensuite parti pour le Niger dans le but d’acquérir des appareils de communication et des vêtements puis est revenu au Mali. En cours de route, il a eu un accrochage avec l’armée malienne dans lequel trois soldats maliens ont été tués et 12 autres blessés.
  • ‘Aboul Akouaâ’ raconte qu’il était resté avec les éléments du groupe terroriste environ 15 jours au Mali avant le retour vers l’Algérie. Ce dernier faisait alors la navette entre Batna, Bouira, Boumerdès et Tizi Ouzou. Il activait sous le commandement de l’émir ‘Youcef Tebbakh’. Il rejoignit ‘Katibat Khaled Ben El Walid’ qui activait à Meftah, ensuite ‘Katibat El Ansar’ qui activait à Sidi Ali Bounab et enfin Katibat Tarek Ibn Tarek en 2004 jusqu’à 2008.
  • Aboul Akouaâ a reconnu avoir participé à plusieurs opérations terroristes. En 2007, il participa à un faux barrage tendu au village Souakria dans la commune de Meftah, opérations qui a coûtée la vie à un militaire auquel il avait pris l’arme. Il participa à la destruction du réseau téléphonique à Ouled Ibrahim à Boumerdès et l’incendie du centre de formation professionnel de Tadmaït à Tizi Ouzou. Un autre faux barrage à Djebel Boutaleb à Sétif et un autre à Bouira où trois militaires furent tués. Le vol de bétail dans la région de Sour El Ghozlane.
  • Les opérations sanguinaires auxquelles avait pris part Aboul Akouaâ étaient : l’attaque du centre avancé de la garde communale près de la commune d’El Hachimia à Bouira. Une embuscade à Sour El Ghozlane où 12 militaires ont été tués et leurs armes prises. Assassinat de 25 militaires en 2001 et la prise de leurs armes. Celle-ci était la plus grande opération à laquelle il avait pris part.
  • Aboul Akouaâ reconnaît avoir participé à l’opération dans laquelle un hélicoptère avait été abattu à Sétif, l’assassinat de cinq femmes à Tébessa et le kidnapping d’un sénateur en plus du massacre de 14 gardes communaux dans la wilaya de Tébessa.
  • Les services de sécurité ont trouvé sur lui une arme de marque Beretta calibre 7.65mm et 12 balles, l’autre terroriste arrêté, Abou Ishak, portait sur lui une arme 9mm, 31 balles et une bombe défensive.
  • Ennahar/ Yacine B./ Ouarda N./ El Aïd M.

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!