SécuritéMonde

Affaire Benalla : Macron condamne des « faits inacceptables »

Emmanuel Macron est sorti de son silence dimanche et a fustigé Alexandre Benalla, son ex-homme de confiance mis en examen pour des violences en marge du 1er-Mai à Paris. Il a annoncé une réorganisation des services de l’Elysée au nom de « l’impunité ».

Emmanuel Macron a condamné dimanche 22 juillet dans la soirée des faits « inacceptables » lors d’une réunion de crise à l’Elysée, après les mises en examen de cinq hommes dont son ex-collaborateur Alexandre Benalla, à l’origine d’une crise politique qui paralyse jusqu’à l’Assemblée.

Selon le chef de l’État, « il n’y a pas eu et il n’y aura pas d’impunité », a rapporté son entourage proche, à l’issue d’une réunion qui rassemblait le Premier ministre, le ministre de l’Intérieur, le porte-parole du gouvernement et le secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement.

La présidence de la République, qui avait mis à pied Alexandre Benalla du 4 au 19 mai et suspendu son salaire après avoir été informée le 2 mai de ses actes, a engagé vendredi une procédure de licenciement à son encontre. Elle défend un traitement « proportionné » de l’affaire, dénoncée comme « un scandale d’État » par l’opposition de droite et de gauche, qui paralyse les travaux du Parlement.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close