En direct

Affaire de l’APC de Birkhadem : 6 mois de prison avec sursis à 5 ans de prison ferme

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
Le tribunal criminel d’Alger a prononcé vendredi soir des peines allant de 6 mois de prison avec sursis à 5 ans de prison ferme à l’encontre de 9 personnes, accusées de dilapidation de deniers publics et de conclusion de marchés contraires à la législation, de 1997 à 1999, au préjudice de l’APC de Birkhadem (Alger).L’affaire a concerné au total 20 personnes dont 11 ont été acquittées. Le magistrat Boualem Bakri a prononcé une peine de 5 ans de prison ferme à l’encontre de Djenki Rabah, ex-président de l’APC de Birkhadem pour "dilapidation de deniers publics et conclusion de marchés contraires à la législation".Il a prononcé également 6 mois de prison avec sursis à l’encontre d’Azouaou Hocine, Mahiout Zoheir, Keddam Nassim, Mekhloufi Abdelali, Yahia Aissa Belkacem, Chenti Mohamed, Mekasser Salim et Bourbouna Lakhdar, pour complicité dans dilapidation de deniers publics et conclusion de marchés contraires à la législation.Le parquet avait auparavant requis des peines à l’encontre des accusés allant de 3 ans de prison ferme à la perpétuité, "eu égard à la gravité des délits" pour lesquels ils sont poursuivis.Quant à la défense, elle a plaidé l’acquittement rejetant les conclusions de l’expertise comptable selon laquelle la majoration des factures était à l’origine de la dilapidation de deniers publics, "d’autant plus, a-t-elle argué, que l’expert n’est pas agréé auprès des tribunaux et exerce comme inspecteur au ministère des Finances".Selon Me Tahar Khyar, avocat de Djenki Rabah, son client était victime d’un acte de "vengeance" d’un "avocat" à qui il avait refusé d’octroyer un lot de terrain, ajoutant qu’il assumait ses fonctions comme président de l’APC de Birkhadem durant une période où l’Algérie souffrait du terrorisme.Selon l’avocat, cette situation le contraignait (son client) à accélérer la réalisation des projets, et c’est ce qu’il avait fait avec bonne foi, "mais il s’est retrouvé derrière les barreaux".Selon l’arrêt de renvoi, l’affaire remonte au 13 février 1999, lorsqu’un élu de la commune de Birkhadem avait déposé une plainte contre x devant le tribunal de Bir Mourad Rais faisant état de dilapidation de deniers publics. Un expert avait été désigné pour confirmation.Le 10 janvier 2000, le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed avait retenu contre le président de l’Assemblée populaire communale (APC) de l’époque et 19 autres personnes les chefs d’accusation de dilapidation de deniers publics et de faux en écriture de documents officiels pour la conclusion de marchés contraires à la législation.Les expertises avaient établi que la commune de Birkhadem avait subi des préjudices matériels du fait de surfacturations et de double paiement d’autres factures de certains projets, dont la réalisation d’une maternité, d’une fourrière automobile et d’un complexe sportif.
Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

commentaires

commentaires

Voir plus

bilel messoudi

Journaliste-Rédacteur du site web ALG24 depuis décembre 2014
Dans la presse électronique depuis avril 2009. Spécialisé dans l’information de sports .
adresse: cité 722 logement sidi yaya – hidra alger
bilel-messoudi@ennaharonline.com

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *