En direct

Affaire Khalifa : Fin du procès, des questions restent toujours sans réponses

   "Quelle était l’origine de la fortune du +Bill Gates africain+? De quels soutiens a-t-il bénéficié ? Pourquoi a-t-il été soudainement lâché par ses protecteurs ? Autant de questions qui restent en suspens et dont la réponse se trouve à Alger", note une source judiciaire.

   Le fondateur du groupe Khalifa, emprisonné en Algérie après son extradition de Londres le 24 décembre 2013, était jugé depuis le 2 juin par le tribunal correctionnel de Nanterre, près de Paris, pour "banqueroute" et "détournement de fonds".

   Le parquet a requis trois ans de prison à son encontre. Le tribunal rendra sa décision le 7 octobre.

   Dix autres personnes étaient poursuivies, dont l’ex-femme de Rafik Khalifa, un notaire, des anciens représentants de l’entreprise en France ainsi qu’un constructeur et équipementier aéronautique. 

   Ils sont accusés d’avoir, au moment de la déconfiture du groupe, dissimulé un certain nombre d’actifs, notamment trois avions d’une valeur de 5,5 millions d’euros, une douzaine de voitures de luxe et une propriété à Cannes, sur la Côte d’Azur, de 35 millions d’euros, où le golden boy organisait de somptueuses réceptions avec des célébrités comme Gérard Depardieu, Catherine Deneuve, Sting ou encore Bono.

   Les treize jours d’audience ont mis en évidence le train de vie fastueux de "Rafik le flamboyant" et de certains de ses proches aux frais des sociétés du groupe. AFP

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *