En directAlgérie

Affaire Sovac : Ouyahia et les frères Oulmi devant le juge d’instruction ce dimanche

Algérie-L’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia et les frères Oulmi comparaîtront dimanche 16 juin devant le juge d’instruction près de tribunal de Sidi M’hamed à Alger, a appris ALG24 d’une source sûre.

Ahmed Ouyahia et les frères Oulmi devront être entendus par le juge d’instruction dans l’affaire de Sovac.

Rappelons que Ahmed Ouyahia a été placé, mercredi 12 juin, sous mandat de dépôt par le juge enquêteur de la Cour Suprême. L’ancien Premier ministre est accusé entre autres de l’octroi d’indus avantages dans les marchés et contrats publics, dilapidation de deniers publics, abus de fonction et conflit d’intérêt.

Tags

Articles en lien

3 Comments

  1. Ouyahya ancien premier ministre, secrétaire général de RND, sa carrière d’homme politique est foutue, briser…. c’est un homme finit il est mort politiquement. il a été humilié devant la porte de la prison d’el harrach par les manifestants riverains de la prison, crachats, les insultes et caillassé avec des pots de yaourt….
    s’il a un gramme de dignité il se suicide.
    vaut mieux mourir en homme avec dignité que de vivre humilié.

    1. je ne crois pas qu’il aimera se suicider car en prison il revera toujours des millions detournés et de ses villas il pensera a sa femme en train de se la couler douce !! ce n’est pas le genre d’homme a voir un gramme de dignité! pour l’instant il est poursuivi pour evasion de biens de corruption mais apres que le dossier sontarach sera ouvert là on parlera directement d’espionnage te de travail pour le compte de pays etrangers ! deja que son fils est un espion de par la fourniture de logiciels informatiques a tous le sministeres grace a papa , il a fait en sorte que toute la securité informatique en algerie est compromise ..NON ce qu’il ya lieu de faire c’est apres sonatrach les pendre en public lui et son fils et sa femme !

  2. Ouyahia n’a aucune dignité,il est capable de tout , la preuve, il a insulté 40 millions d’algeriennes et algériens, dans un de ses discourt provocateur, en nous traitant de chien, ça ne s’oublie pas il avait osé dire  » affamés le chien il reconnaîtra son maître » djoua3e El kelbe ya3rafe moulehe  » même une condamnation à perpétuité ne cicatrisera pas la blessure de ses insultes, et dire qu’il voulait se présente comme président de la république, il nous aurait fait de nous des esclaves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close