En directAlgérie

Ahmed Gaid Salah a-t-il visé la France dans son discours ?

Algérie – Ahmed Gaid Salah, vice-ministre de la Défense et chef d’Etat major, a accusé ce mercredi des parties étrangère de vouloir « déstabiliser le pays, «  semer la discorde entre les enfants du peuple » et pousser à « la déclaration de l’état d’exception ».

« Avec le début de cette nouvelle phase et la poursuite des marches, nous avons déploré l’apparition de tentatives de la part de certaines parties étrangères, partant de leurs antécédents historiques avec notre pays, poussant certains individus au devant de la scène actuelle en les imposant comme représentant du peuple en vue de conduire la phase de transition, afin de mettre en exécution leurs desseins visant à déstabiliser le pays et semer la discorde entre les enfants du peuple, à travers des slogans irréalisables visant à mener le pays vers un vide constitutionnel et détruire les institutions de l’Etat, voire provoquer une déclaration de l’état d’exception, ce que nous avons récusé catégoriquement depuis le début des événements, car il est irraisonnable de gérer la période de transition sans les institutions qui organisent et supervisent cette opération, et ce, au regard des conséquences découlant  de cette situation qui pourraient compromettre tout ce qui a été réalisé depuis l’indépendance à ce jour, en termes d’acquis et de réalisations qui demeurent la fierté des générations », a dénoncé le chef d’Etat major.

Et de persister et de signer, « Aussi et afin de déjouer les tentatives d’infiltration de ces parties suspectes, nous avons consenti tous nos efforts au sein de l’Armée Nationale Populaire, afin de préserver cet immense élan populaire de l’exploitation par ceux qui le guettent à l’intérieur et l’extérieur, à l’instar de quelques individus appartenant à des organisations non-gouvernementales, qui ont été pris en flagrant délit dont la mission consiste à infiltrer les manifestations pacifiques et les orienter, avec la complicité et en coordination avec leurs agents à l’intérieur. Ces parties qui s’affairent, par tous les moyens, à dévoyer ces marches de leurs objectifs fondamentaux et à les récupérer afin de faire aboutir leurs plans pernicieux, visant à porter atteinte au climat de sécurité et de quiétude dont jouit notre pays ».

Quelle partie étrangère, qui a des antécédents historiques avec l’Algérie, est donc visée dans le discours d’Ahmed Gaid Salah ? Même s’il ne le dit pas clairement, ses allusions laissent penser qu’il s’agit de la France.

Cette dernière est accusée depuis le début du mouvement populaire de s’ingérer dans les affaires internes du pays, notamment après que le président français, Emmanuel Macron, ait salué la décision du président sortant de ne pas se présenter à un nouveau mandat présidentiel.

Lundi dernier, la France a démenti, par le biais du chargé de la communication de son ambassade à Alger, toute participation de ses « services » à des réunions concernant la situation qui prévaut en Algérie.

Tags

Articles en lien

One Comment

  1. C’est bien sur la France et l’expulsion du Directeur de l’AFP est un indice supplémentaire.Maintenant,il faut agir…..pas contre la France mais…..en Algérie.Ce discours avec le dernier montrent clairement (sauf combine diabolique) que l’armée est bel et bien dépositaire de la gestion de l’etat Algérien et qu’elle supporte le peuple dans toutes ses revendications.Ceci étant,cinq petites actions mettront tout le monde d’accord.Bien entendu,ces actions seront initiées par l’armée.
    1. Publier la listes des personnes soupconnées et faisons fi du secret de l’instruction pour que le peuple sache que l’armée n’a pas jeté en paturage une partie de la « bande » et protégé une autre.
    2. Dissoudre l’assemblée nationale et le sénat car depuis 1962,ils n’ont été d’aucune utilité et n’ont siégé que pour le trafic d’influence et la préparation de la prédation et la rapine.
    3. Suspendre tous les ministres et confier la gestion des ministeres aux secretaires généraux pour assurer la gestion courante.
    4.Designer trois personnalités de la société civile (un magistrat,un universitaire,un gestionnaire ou manager) pour assurer le role d’une présidence collective.L’armée connait au moins une centaine de noms qui ne seront pas refusés par la rue!
    5.Accompagner et sécuriser les actions du TRIUMVIRAT afin de reprendre toutes les élections à partir de la base.Des APC,APN,APW et ensuite celle du président ou de la présidente apres réferendum sur une nouvelle constitution dument préparée par une élite Algérienne et qui prend en charge tous les aspects d’une société libre et dépocratique .Cela prendra le temps qu’il faudra et cela ne devrait pas dépasser une année.
    Pour les ingérences extérieures et autres types de faux fuyants,pretextes et parasitages,il faut savoir que pour construire un etat civil,démocratique et populaire tel que demandé par la « révolution populaire »,il est de toute premiere instance de sortir du « romantisme » et « complotisme »( le complot est en nous)et mettre en ligne de mire les chantiers immenses que doit ouvrir la deuxieme république:
    – La réhabiltation de la jeunesse Algérienne et le combat à mort contre les fléaux de la drogue.
    – La lutte contre le chomage ,l’instauration d’une économie réelle et la création de grands projets du type DESERTEC (exploitation de l’energie solaire).
    -La lutte contre la pollution et la définition du modele écologique à long terme.
    -La réhabilitation de notre système éducatif et universitaire.
    Enfin,il est évident que l’armée apres finalisation de ce processus se doit de retourner dignement dans ses casernes car elle aura gagner une guerre contre la regression et la mort d’un pays.Honneur et gloire à elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close