CultureAlgérie

Aïcha Kassoul rafle le Prix « Escale littéraire » 2018

Algérie – L’écrivaine algérienne Aïcha Kassoul a remporté jeudi à Alger pour son roman « La Colombe de Kant » le Prix « Escale littéraire », une distinction décernée à des auteurs algériens édités en Algérie.

La lauréate qui concourait parmi cinq auteurs francophones finalistes à la 5eme édition de ce prix qui a mis en lice des romans édités en Algérie entre juillet 2017 et juillet 2018, a reçu lors d’une cérémonie à l’hôtel Sofitel à Alger une distinction d’une valeur de 300.000 DA.

Décerné en l’absence de la lauréate- représentée par son éditeur- la  distinction offre également à Aicha Kassoul le visa de participer au « Maghreb des livres », une rencontre littéraire annuelle organisée à Paris par l’association française « Coup de soleil » partenaire du Prix. « Pôv’ cheveux » de Lynda Chouiten , « Le Soleil n’était pas obligé » de Saâd Khiari, « Le Temps de mourir  » de Saïd Oussad et « Promesse de bandit » de Ahmed Gasmia étaient , entre autres romans, en lice.

Parue en 2017 aux éditions Casbah,  » La Colombe de Kant » est une fiction à travers laquelle la romancière porte un regard sur l’histoire de l’Algérie indépendante.

Le jury, composé d’écrivains et de journalistes algériens et français, a également distingué du Prix honorifique « Coup de cœur » les romans « 1994  » (2018, éd. Barzakh) d’Adlène Meddi et « Le Soleil n’était pas obligé » (2017 éd. Hibr) de Saad Khiari.

Organisé depuis 2013, « Escale littéraire » met en lumière les œuvres littéraires de langue française d’auteurs algériens éditées en Algérie.

Depuis sa création en 2013 par la chaîne hôtelière française Sofitel, « Escale littéraire » a consacré, successivement, « Le Remonteur d’horloge » de Habib Ayoub, « Meursault, contre-enquête » de Kamel Daoud, « Le châle de Zeineb » de Leïla Hamoutène et Mohamed Sari pour son dernier roman « Pluies d’or », paru en 2016.

Tags

Articles en lien

Close