En directAlgérie

Aid El Adha : 350 milliards de peaux de moutons … A qui profiteront-ils ?

Algérie – A raison de 700 Dinars la peau de mouton, pour 5 millions de têtes qui doivent être égorgées durant la journée du 21 août (Aid El Adha), pas moins de 350 milliards (centimes) vont être générés.

Médias, SMS, Mail. Aucun moyen de communication n’a été écarté pour appeler les Algériens à remettre, à titre gracieux, les peaux de leurs moutons à des services spécialisés. Et ce, afin de relancer la filière de la tannerie Nationale et partant aider l’économie du pays.

“Les fonds obtenus seront affectés à une association relevant du ministère des affaires religieuses qui les utilisera dans des projets caritatifs au profit des nécessiteux”. C’est ce qu’a tenu à faire savoir, mardi 15 août, l’inspecteur vétérinaire de la wilaya d’Alger par intérim, Mustapha Mebarki.

Caritative donc. Pas tant que ça rétorquent certains acteurs du monde associatif. « Si c’était caritative, pourquoi ne pas avoir mobilisé les Associations de Quartiers pour collecter les peaux en leur offrants, des arbres, des poubelles, des produits d’entretiens, voire quelques dinars pour amortir quelques charges collectives ? ».

C’est ce que confie Mourad, membre d’un comité de quartier de la Capitale, à ALG24 ce mercredi 15 août. D’autant renchérie-t-il que « ce sont des PME de l’ANSEJ qui sont des entreprises commerciales, à ce que je sache, et qui dans le cadre d’un plan de charge qui leur tombe du ciel,  qui sont chargées de la collecte ».

Une fetwa et des bons sentiments pour lancer un marché de 20 millions de dollars !

Des interrogations d’autant pertinentes que selon Hadj Tahar Boulenouar, Président de l’Association Nationale des Commerçants et Artisans Algériens, contacté ce mercredi matin, le coût marchand d’une peau de mouton varie entre « 500 et 1000 dinars ».

D’autre part, plusieurs acteurs évaluent à 5 millions de moutons qui devraient être égorgés durant cette journée du 21 août.

Enfin, Mourad Arif, directeur général de la PME au ministère de l’Industrie et des Mines, estimait récemment que l’Algérie a la possibilité d’exporter plus de 20 millions de dollars annuels de cuir issu des peaux de mouton.

Peut-être que si la démarche avait pris en compte le principe du Win-Win. Le principe de bon sens. De simplement mobiliser les associations de quartiers, en leur offrant un retour concret en lieu et place d’un discours, la démarche aurait eu un sens. Et économique, et social.

Peut-être aussi que la religion aurait été épargnée d’intervenir dans le monde froid et sans scrupule du Business ! (Un avis religieux a été émis en ce début août, par les hautes autorités religieuses du pays, rendant la revente des peaux du « mouton du sacrifice », « Haram »).

Enfin, même si cette campagne d’incitation au don des peaux de moutons est présenté comme allant dans le sens de l’intérêt économique national, il n’en reste pas moins qu’elle comporte bien des zones d’ombres et suscite bien des questions.

Lire aussi : Aïd al-Adha : Les fonds obtenus des peaux de moutons collectées seront utilisées dans des projets caritatifs 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close