En direct

Alger promet de faciliter l'ouverture de lieux de culte protestant

  •    "J’ai été reçu lundi par le chef du cabinet du ministre de l’Intérieur (Dahou Ould Kablia: ndlr) qui m’a assuré que le ministre avait donné des instructions pour régler les problèmes de l’église protestante en Algérie", a déclaré le pasteur à l’AFP. Deux ou trois séances de travail en juillet "devraient aboutir à quelque chose d’équitable pour les deux parties", a-t-il ajouté.
  •  
  •    Le 8 mai, les autorités avaient fait fermer sept temples protestants dans la région de Bejaïa (à 250 km à l’est d’Alger), car ils ne répondaient pas aux conditions fixées par la loi sur l’exercice du culte en Algérie.
  •  
  •    "Nous essayons de nous organiser, de nous conformer à la loi, a affirmé M. Krim. S’ils veulent nous renvoyer dans la clandestinité, ils auront à assumer leurs responsabilités", a-t-il toutefois mis en garde tout en prônant le dialogue avec les autorités sur la situation des Algériens convertis au christianisme.
  •  
  •    Des dignitaires religieux algériens ont souvent dénoncé des activités évangéliques clandestines dans leur pays où l’islam, religion d’Etat, est celle de quasiment tous les Algériens.
  •  
  •    La loi algérienne interdit tout prosélytisme.
  •  
  •    Selon le pasteur, une trentaine de temples protestants regroupent environ 30.000 fidèles en Algérie. Les autorités, selon lui, sont sur le point de finaliser un nouveau texte de loi sur les associations qui devrait contenir des "dispositions particulières concernant l’église protestante".
  •  
  •    Début juin, le ministre de l’intérieur, M. Ould Kablia avait précisé que ces fermetures "n’avait rien à voir avec les restrictions à l’exercice des cultes" et que les membres de l’Eglise protestante de Béjaïa étaient "autorisés à poursuivre leurs activités en attendant de recevoir l’autorisation nécessaire".
  •  
  •    L’exercice d’un culte, musulman on non musulman, est conditionné en Algérie à l’obtention d’un agrément fixant le lieu du culte et d’un autre pour le prédicateur, selon une loi promulguée en février 2006.
  •    
  • Ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!