En directAlgérie

Algérie : Facebook, cette machine qui écrase les partis politiques

Algérie- Depuis vendredi 22 février, il y a comme une nouvelle ère qui s’installe en Algérie, tant sur le plan politique que sur le plan social.

Pour certains, le peuple algérien a pris, de manière soudaine et inattendue, conscience de son avenir, pour d’autres, le peuple s’est libéré du syndrome de Stockholm qui le hantait durant 20 ans.

Cependant, rien n’est jamais au hasard, surtout pas en politique. Si la rue a été envahie par une marée humaine, c’est surtout le résultat d’une mobilisation dictée par les réseaux sociaux, notamment Facebook. Une mobilisation qu’aucun parti politique n’a réussi à drainer depuis les fameux meetings du FIS dans les années 1990. Échec d’un paysage politique partagé entre une majorité au pouvoir qui se pavane dans les salons luxueux et une minorité d’opposition qui peine à gagner la confiance d’un peuple septique.

Dans la foulée, c’est donc le réseau bleu qui s’est voulu comme alternative à des politiques en manque de crédibilité. Si les manifestations des deux derniers vendredis prouvent que le peuple veut un changement à tout prix, cela prouve également qu’il est dangereusement réceptifs à des appels exclusivement répandus sur les réseaux sociaux et dont les pourvoyeurs sont jusqu’ici anonymes. Si l’on peut tous s’accorder sur le fait qu’il s’agit là d’un acte spontané du peuple, qu’est-ce qui garantirait que les réseaux sociaux, pour lesquels l’Algérien éprouve aujourd’hui un sentiment de confiance, ne seront pas manipulés par tel ou tel cercle obscur, qu’il soit de l’intérieur ou de l’extérieur du pays ? Cela s’ajoute à une crise profonde de confiance entre le citoyen et le pouvoir. Si le peuple ne croit plus au pouvoir, ni à ses relais médiatiques, son adhésion inconditionnelle à ce qui se répand sur les réseaux sociaux fait de lui une proie facile devant les marchands du chaos…

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close