En direct

Algérie: pétition pour la libération d'un militant des droits de l'homme

 Un appel à libération d’un militant des  droits de l’homme, incarcéré pour purger une peine de prison prononcée à son  encontre en 2002, a été lancée en Algérie par une centaine d’universitaires,  selon le texte publié dimanche par le quotidien El Watan.    Les signataires demandent "la libération sans délai" de Mohamed Smaïn,  membre de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH),  incarcéré pour purger deux mois de prison pour "dénonciation calomnieuse" de  civils armés par les autorités pour lutter contre les groupes islamistes.    Le militant avait été arrêté le 19 juin par la police à Relizane (340 km à  l’ouest d’Alger) puis incarcéré, selon le coordinateur du réseau des avocats de  défense des droits de l’Homme (RADDH), Me Amine Sidhoum.    Parmi les signataires figurent le président d’honneur la LADDH, Ali Yahia  Abdennour, le président de la LADDH Nourredine Benissad, des écrivains et des  journalistes.    "L’incarcération d’une figure internationalement reconnue pour son combat  pour le respect de la personnes humaine est une honte pour l’Algérie", estiment  les signataires.    M. Smaïn, âgé de 70 ans, avait été condamné à deux mois de prison ferme en  janvier 2002 par le tribunal de Relizane à la suite d’une plainte d’un Groupe  de légitime défense (GLD), des civils armés par les autorités pour défendre les  villages contre les attaques de groupes armés islamistes.    Sa peine a été confirmée par la Cour d’appel en octobre 2007 puis par la  cour suprême en février 2012 mais l’homme est resté en liberté. Il ne peut être  libéré que par le biais d’une grâce présidentielle, selon une source judiciaire.    M. Smaïn avait accusé ce groupe, dirigé par l’ancien maire désigné de  Rélizane, Hadj Ferguène, d’avoir exécuté des sympathisants islamistes et de les  avoir enterrés dans des charniers.    Pour sa défense, Hadj Ferguène avait bénéficié du témoignage d’anciens  membres de groupes armés repentis attestant que ces charniers contenaient en  réalité les corps des victimes de groupes armés islamistes.    En 1998, la région de Relizane a été le théâtre de nombreux massacres de  civils perpétrés par des groupes armés islamistes.
 
 

Algerie – ennaharonline

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!