En direct

Algérie: réunion samedi de l'opposition après les mesures de libéralisation

  •    "Il y aura demain une réunion de la commission technique de la Coordination qui va étudier les propositions" du président et du gouvernement algériens, a dit vendredi à l’AFP par téléphone l’un de ses membres, le président de la Ligue algérienne des droits de l’homme, Mustapha Bouchachi.
  •  
  •    "Nous prendrons une décision quant au maintien de la marche", a-t-il ajouté.
  •    Suite à un conseil des ministres exceptionnel, M. Bouteflika s’est engagé jeudi à lever très prochainement l’état d’urgence en vigueur depuis 19 ans. Il a aussi annoncé diverses mesures réclamées par l’opposition et la société civile.
  •  
  •    A la question de savoir si la Coordination était satisfaite de ces ouvertures, M. Bouchachi a répondu: "ce n’est pas suffisant".
  •  
  •    "Je ne vois pas comment on peut lever l’état d’urgence et isoler Alger. Alger c’est la capitale et les Algériens ont le droit d’y marcher pacifiquement", a ajouté l’avocat.
  •  
  •    M. Bouteflika avait rappelé la veille qu’Alger était interdite aux manifestations (depuis une manifestation sanglante de Kabyles en juin 2001) mais que des marches pouvaient être organisées ailleurs.
  •  
  •    Pour M. Bouchachi, la question est aujourd’hui de savoir "s’il y a de la part des autorités une véritable volonté politique, une volonté réelle pour aller vers une démocratie ou s’ils cherchent à gagner du temps".
  •  
  •    Il faudra "attendre un peu pour le savoir", a-t-il ajouté, "se demandant si c’est la situation dans le monde arabe qui les a poussés à ces annonces", en référence aux révolutions tunisienne et égyptienne notamment. 
  •  
  •    La Nouvelle Coordination, née dans la foulée début janvier de quatre jours d’émeutes, regroupe des partis d’opposition et des représentants de la société civile.
  •  
  •    Des émeutes contre la vie chère ont fait cinq morts, plus de 800 blessés,  et d’importants dégâts matériels début janvier. Depuis, au moins huit Algériens ont tenté de s’immoler par le feu et trois sont morts, à l’image du geste d’un Tunisien le 17 décembre qui avait déclenché la contestation dans le pays voisin.
  •  
  • Ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!