Le Billet

L’Algérie, au temps des ordures…

Algérie – Les Algériens ont été scandalisés d’apprendre cette semaine qu’un homme d’affaires avait tenté d’importer 17 conteneurs « d’ordures » via le port de Béjaia. L’affaire a suscité, et suscite encore, une vive indignation sur les réseaux sociaux et domine les discussions dans les différents cafés du pays. La question des « ordures » est au centre du débat national.

S’indigner est certes légitime, d’autant qu’il s’agit d’une infraction à l’importation. Cependant, les explications d’un actionnaire dans l’entreprise importatrice, Amouri Laroussi, ouvre la voie à un autre débat plus profond. Dans une déclaration à ALG24, Amouri Laroussi, dont le cousin a procédé à l’importation de déchets plastiques (non d’ordures), affirme explicitement que l’Algérie « n’a pas une autosuffisance en matière de déchets plastiques recyclables », chose qui l’aurait poussé à recourir à l’importation.

Yazid Amouri, cousin de l’homme d’affaire Laroussi, possède à Batna une petite société de recyclage du nom de Tampon Plast. Cette société fabrique des sangles en plastique pour les besoins de la dizaine de briqueteries qui appartiennent à Amouri Laroussi. Le marché de la collecte de déchets n’étant pas en plein essor en Algérie, Tampon Plast a dû recourir à l’importation de 17 conteneurs de déchets plastiques triés en Allemagne et en Espagne, soit quelque 343 tonnes de déchets pour un montant de plus de 298 000 dollars.

Dans une déclaration faite mercredi à la presse, la ministre de l’Environnement, Fatma-Zohra Zerouati, reconnaît que seuls 13 millions de tonnes de déchets sont recyclés annuellement en Algérie, ce qui correspond à un faible taux de 7%. Si seuls 7% des déchets sont recyclés en Algérie, c’est parce que la culture de la collecte et du tri-sélectif n’est toujours pas ancrée dans la société, devant l’absence d’une stratégie claire des autorités.

Cet aveu de la ministre en charge de l’Environnement confirme que l’Algérie n’arrive effectivement pas à atteindre une autosuffisance en matière de déchets recyclables. Doit-on donc comprendre que l’Algérie n’arrive même pas à produire (correctement) des déchets ?

Lire aussi : EXCLUSIF – L’importateur des conteneurs d’ordures s’explique !

 

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close