En direct

Algérie : Un Français remue ciel et terre pour retrouver sa fille

  •    Jacques Scharbook, 56 ans, a alerté jusqu’au président français Nicolas Sarkozy sur le cas de sa fille, âgée de sept ans, affirme-t-il à l’AFP. 
  •  
  •    Mais "un an après la décision de la Cour suprême algérienne le 13 février 2008 m’accordant le droit de garde de ma fille Sophie, je ne l’ai toujours pas revue", dit-il.
  •  
  •    M. Scharbook s’est installé en 1984 à Arzew près d’Oran, la grande métropole de l’Ouest algérien, où il devient concessionnaire de poids lourds.
  •  
  •    Il se marie avec une Algérienne, Farah Belhoucine, sous le rite musulman, précise-t-il, – et Sophie naît en décembre 2001 à la Seyne-sur-mer près de Toulon, dans le Sud de la France. 
  •  
  •    L’enfant "ne possède que la nationalité française, elle n’est pas Algérienne", insiste son père.
  •  
  •    Farah meurt quatre ans plus tard dans un accident de voiture près d’Oran et Jacques Scharbook confie sa fille à sa belle-mère le temps des obsèques. "Je ne l’ai plus revue depuis", dit-il.
  •  
  •    Il engage une procédure: un tribunal algérien ordonne la restitution de l’enfant à son père, un jugement confirmé en appel puis par la Cour suprême d’Alger en février 2008.
  •  
  •    Depuis, "je me suis approché des services de police pour faire appliquer la décision de la Cour et un avis de recherche a été lancé, sans résultat jusqu’à ce jour", affirme-t-il. 
  •  
  •    Il alerte aussi son gouvernement: Michèle Alliot-Marie, alors ministre de l’Intérieur, François Fillon, Premier ministre, qui à l’occasion de leurs visites en Algérie en mai et juin 2008 respectivement, aborderont le cas de Sophie avec leurs homologues algériens, précise M. Scharbook.
  •  
  •    Le 8 décembre 2008, M. Sarkozy -qui a effectué en décembre 2007 une visite officielle en Algérie- le reçoit et lui affirme qu’il a écrit par deux fois au président Abdelaziz Bouteflika. "M. Sarkozy a promis de s’occuper personnellement du cas de Sophie", dit-il.
  •  
  •    Il reçoit un ultime courrier, daté du 2 février 2009 et que l’AFP a pu consulter, du cabinet de la présidence française lui indiquant que M. Sarkozy "contactera le ministre algérien de l’Intérieur (Yazid Zerhouni, ndlr) dès que les circonstances le permettront".
  •  
  •    Mais Jacques Scharbook ignore toujours où se trouve sa fille.
  •  
  •    "Ce dossier est suivi avec la plus grande attention en France et en Algérie", indique à l’AFP le Consulat général de France à Alger.
  •  
  •    Le cas de Sophie Scharbook est "tout à fait particulier car, contrairement aux autres affaires, la petite Sophie n’est pas franco-algérienne mais française", a-t-on ajouté.
  •  
  •    Rappelant que toutes les décisions des juridictions algériennes dont l’arrêt de la  Cour Suprême ont toujours été rendues en faveur de la restitution de Sophie à son père, "l’exécution de cette décision reste délicate, nous le savons", reconnaît-on au de même source. "Pour autant, nous sommes confiants dans la volonté des pouvoirs publics algériens de la mener à  bien", ajoute-t-on.
  •  
  •    "Tout est fait pour retrouver l’enfant et la décision de justice doit être appliquée, l’enfant doit être scolarisé et retrouver son équilibre. Mais nous devons tenir compte de la détermination de la famille", a précisé à l’AFP le ministère algérien de l’Intérieur. 
  •  
  •    La grand-mère, incarcérée plusieurs semaines, "est en effet prête à retourner en prison et il est évident que la belle-famille s’est attachée à l’enfant", dit une source proche du dossier. 
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *