Culture

Algérie/critiques contre le film "Hors-la-loi" de Rachid Bouchareb

  •    Le film, en sélection au festival de Cannes, évoque les massacres de Sétif de mai 1945 lorsque l’Algérie était encore française. Plusieurs milliers d’Algériens ont été tués au cours de ces massacres, déclenchés également à Guelma et Kherrata dans l’est algérien, en répression de manifestations pro indépendantistes qui avaient dégénéré et fait plus de cent morts parmi les Européens.
  •    Lionnel Luca, député des Alpes Maritimes dans le sud-est de la France, "a apprécié le précédent (film de Bouchareb) Indigènes parce qu’il était +dans un esprit positif de réhabilitation, celui-ci est dans un esprit négatif et négationniste+", rappelle El Watan.
  •    "Le bon indigène, chair à canon, passe encore, mais rien ne va plus pour le nationaliste exigeant la dignité (…) Tout à sa volonté de conserver la vindicte coloniale (…) le député voudrait écrire l’histoire comme il l’entend, refusant que Bouchareb considère les +porteurs de valises+ comme des héros. A rebours de l’histoire, l’élu de la République les place du côté des  +traîtres+. Tout cela est bien navrant", ajoute le quotidien (privé, francophone).
  •    L’ambassadeur de France en Algérie alors en poste, Bernard Bajolet avait estimé en avril 2008 que le "temps de la dénégation" des massacres perpétrés par la colonisation en Algérie était "terminé", devant les étudiants de l’Université du 8 mai 1945 à Guelma.
  •    M. Bajolet avait qualifié d’"épouvantables massacres" la répression des manifestations d’Algériens à Sétif, Guelma et Kherrata et souligné "la très lourde responsabilité des autorités françaises de l’époque dans ce déchaînement de folie meurtrière".
  •    En 2005 déjà, son prédécesseur, Hubert Colin de Verdière, avait affirmé que "le massacre du 8 mai 1945 était une tragédie inexcusable".
  •    Selon les Algériens, cette répression, à laquelle avaient participé des milices de civils français, aurait fait 45.000 victimes. Du côté français, le bilan oscillerait entre 1.500 et 8.000 morts.
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close