En direct

Algériens à la Mecque: Hajj sans foi… Insultes et obscénités

  • Chaque année, le pèlerinage à la Mecque est une vraie catastrophe pour les Hadjs algériens qui se plaignent de laisser aller, de mépris et de problèmes rencontrés sur place depuis leur arrivée jusqu’à leur retour au pays.
  •  
  • L’ignorance y est pour beaucoup, puisque la majorité de nos Hadjs sont âgés et analphabètes. Ajouter à cela leur manque de connaissances en termes de religion pour l’accomplissement de ce devoir.
  •  
  • Des comportement contraires aux préceptes de l’Islam
  •  
  • Beaucoup de Hadjis algériens nuisent à la pratique de leur pèlerinage par ignorance.
  • Certains, par exemple, le jour où ils devaient passer la nuit à Mina (qui est une obligation) ils la passent ailleurs. Un Hadji arrivé en retard, nous dit qu’il avait chargé quelqu’un d’autre à le faire à sa place. Et d’ajouter qu’il lui avait « remis de l’argent pour qu’il égorge le mouton à sa place parce que, je suis très fatigué »
  •  
  • Il fait du shopping au moment où  le Muezzin appelle à la prière
  •  
  • Beaucoup d’algériens rentrent les bras chargés de cadeaux pour la famille. Ceci n’est pas un péché. Faire des achats au moment où on devait être occuper à prier et à accomplir les différents devoirs religieux du Hadj, cela peut être considéré comme tel.
  • « J’avais peur que le magasin ferme », nous dit un Hadj, se croyant à souk El Fellah en Algérie. « Je dois acheter des cadeaux, la baraka pour la famille, surtout les petits enfants », nous dit un autre.
  •  
  • Irrités, un Hajj lance des pierres contres les autres Hadjis
  •  
  • Un Hadji  de retour en Algérie, nous raconte l’histoire d’un pèlerin algérien (nerveux comme tous les algériens) qui, au lieu de lancer les « Joumourat » contre Satan, il les jeta contre ses frères parce que ces derniers l’ont bousculé.
  •  
  • Les disputes, les cris, et les brouhahas ne manques pas parmi les Hadjis algériens. Là où il y a des vacarmes, on est presque sur que ce sont des compatriotes en manque de café ou de tabac.
  •  
  • Ennahar/ Moussa Bounira
  •  

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *