En direct

Amara Benyounès, nommé sur un coup de fil et écarté sur un autre

Intervenant à l’occasion de l’ouverture de l’Université d’été de son parti, le secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA) et ex-ministre du Commerce, Amara Benyounès, a tenu vendredi à Béjaïa , à lever les équivoques ayant entouré son départ du gouvernement en juillet dernier, assurant qu’aucune pression n’a été exercée sur sa personne ou immixtion enregistrée dans la gestion des affaires de son département ministériel.   

   « J’ai été nommé sur un coup de fil et j’ai été écarté sur un autre », a-t-il déclaré un tantinet philosophe, sans exclure l’hypothèse d’une influence négative de certains lobbies qui gravitent autour du commerce extérieur pour expliquer son départ.

   L’ex ministre  a évoqué les dossiers à polémique, notamment celui inhérent à la libéralisation du commerce de gros de l’alcool, celui relatif à l’importation de véhicules et celui concernant le ciment, indiquant qu’à chaque fois, sa motivation principale tenait dans le souci de réorganiser les marchés, protéger l’économie nationale et faire respecter les lois de la République.

   Il a aussi fait un point sur le bilan du ministère sous sa direction, jugé du reste positif et de souligner l’intérêt qu’a l’Algérie à adhérer à l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

   Amara Benyounès a réaffirmé son soutien inconditionnel au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, ajoutant que son départ du gouvernement n’est pas de nature à le détourner de ses principes.

 

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!