En direct

Andrew Warren : Un espion à Alger

  • La semaine dernière, il s’est vu impliqué dans un sordide scandale, très embarrassant pour les États-Unis. Selon un affidavit signé par un enquêteur du Département d’État pour la sécurité, au cours des deux dernières années Warren aurait drogué puis violé deux femmes algériennes.
  •  
  • Bien que la CIA ne l’a pas encore confirmé, de nombreux fonctionnaires du gouvernement américain ont fait Newsweek la révélation, rapportée pour la première fois par le correspondant de ABC News, Brian Ross, que Warren a été en poste à Alger en tant que chef de station de la CIA.

    Warren, qui n’a pas fait de commentaire publiquement, n’a été inculpé d’aucun crime. Cependant, la déclaration sous serment est accablante. Deux femmes ont confié aux enquêteurs que Warren, lors de visite officielle à sa résidence à Alger, Warren leur a servi des cocktails, qui leur ont causé des vomissements et la perte de conscience.

  •  
  • Une femme se réveille nu dans une chambre à coucher et trouve un préservatif utilisé. L’affidavit décrit en détail comment l’autre victime se souvient alors q’elle était semi conscience comme Warren l’a violé. Warren a été rappelé à Washington en Octobre dernier, lors d’une fouille de sa maison à Alger, les enquêteurs ont trouvé plusieurs lecteurs d’ordinateur et des périphériques de stockage de données, un manuel sur l’enquête des agressions sexuelles et les quantités de Xanax et Valium. Les experts affirment qu’ils sont couramment utilisés dans les attaques pour viol.

    Warren est un auteur en plus d’être un espion. Il y’a huit ans, il a publié un thriller intitulé «The People of the Veil". Le héros du livre est un diplomate américain, basé à Alger, les terroristes tentent d’attaquer et de prendre l’ambassade américaine. Le héros, Nick Philips, a une liaison avec Mariam, une belle femme algérienne qui a évité les hommes arabes, mais est tombé amoureuse de Nick, car il la respecte comprend sa culture. "

  • S’exprimant anonymement afin d’être honnête, l’un des instructeurs de l’ex-Warren à la "ferme", là où sont formés les espions, a déclaré à Newsweek que Warren a été «une vague de canon", dont la confiance tend ver le narcissisme. Pourtant, a-t-il ajouté, les gens de l’agence "sont écrasés par cela."
  •  
  •  Un ancien universitaire, le professeur William Alexander de Norfolk State University décrit Warren comme un «incroyable» et a dit qu’il travaillait sur un deuxième roman.
  • Ennaharonline/ M. O./ Newsweek

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *