En directAlgérie

Anniversaire du 1er Novembre: Message du chef de l’Etat (Texte intégral)

Algérie-Le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, a prononcé jeudi soir un message à l’occasion de la commémoration du 65e anniversaire du déclenchement de la Révolution du 1er novembre 1954.

« Chères concitoyennes, Chers concitoyens,

La commémoration par le peuple algérien du 65e anniversaire du déclenchement de la Glorieuse Révolution du 1er Novembre 1954 est, pour nous tous, l’occasion de remémorer les épopées de la lutte armée menée, honorablement et courageusement, par notre peuple au prix d’énormes sacrifices, de sang et de larmes. Des sacrifices qui ont hissé notre Glorieuse Révolution à l’avant garde des révolutions des peuples pour la liberté et la dignité.

En effet, notre peuple sans défense, mais fort d’une foi inébranlable, a livré un combat acharné contre le colonisateur français qui misait sur la pérennisation de sa présence sur cette terre sacrée. Une doctrine colonialiste qui s’est heurtée au militantisme et à la résistance des enfants de l’Algérie, hommes et femmes, durant plus d’un siècle, jusqu’au  jour où Allah l’ait rétribuée de braves et dévoués fils, parmi ses enfants, grâce à qui la flamme de Novembre a été transformée en brasier réduisant à néant les chimères de l’oppresseur. Ainsi, le 1er Novembre, devenu équivalant à valeureux Chouhada, est une date gravée à jamais dans le cœur et l’esprit des Algériennes et Algériens.

La commémoration de ce mémorable anniversaire est en réalité une halte hautement significative pour l’encrage de la mémoire à travers les générations successives. Des générations attachées au référent novembriste et conscientes des sacrifices des fidèles Moudjahidine et des valeureux Chouhada, à la mémoire desquels nous nous inclinons aujourd’hui avec respect et déférence.

C’est en toute logique, donc, que les sentiments de fierté de l’appartenance Novembriste s’illustrent davantage, en ces circonstances exceptionnelles, chez notre jeunesse et l’animent d’une volonté dévouée pour l’édification d’une Algérie nouvelle inexpugnable. Une Algérie où se réalisera, par la volonté populaire, l’Etat des institutions et règnera l’état de droit. Une Algérie qui ouvrira la voie aux jeunes compétences pour assumer les postes de direction et de responsabilité, et opérer ainsi le bond escompté sur la voie de la renaissance globale.

 

Chères concitoyennes, Chers concitoyens,

L’Algérie des Chouhada requiert, en ces moments sensibles, un réaménagement de priorités pour éviter des conséquences incertaines. Aussi, avais-je déclaré, en m’engageant à agir conformément à la Constitution, que l’Etat était à l’écoute des aspirations profondes et légitimes de notre peuple au changement radical du mode de gouvernance et à l’avènement d’une nouvelle ère, fondée sur le respect des principes de la démocratie, de l’Etat de droit et de la justice sociale.

J’ai également souligné, à maintes reprises, la détermination de l’Etat à donner la parole au peuple pour choisir, en toute souveraineté et liberté, celui à qui sera confiée la mission d’instaurer le nouveau mode de gouvernance, et c’est dans cet optique que j’ai appelé à un dialogue inclusif et ouvert, permettant de débattre de toutes les questions relatives à l’échéance électorale et de parvenir à des solutions consensuelles réalistes, qui aboutiraient à l’organisation du scrutin dans un climat de quiétude et de sérénité.

Vous avez certainement constaté, ces derniers mois, les efforts déployés et les acquis inédits réalisés en termes de mécanismes et instruments juridiques et moyens logistiques pour l’élection d’un président de la République, traduisant une réelle volonté populaire qui lui permette de faire face aux défis nationaux, fort d’une totale légitimité, et conduire l’Algérie vers la nouvelle ère escomptée.

La création de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) et l’introduction d’amendements substantiels  dans le régime électoral constituent une réponse concrète aux principales revendications exprimées par les manifestants lors de leurs marches pacifiques pour un changement profond du mode de gouvernance. Elles sont, également, une réponse à la demande pressante de la classe politique de mettre en place de nouvelles règles garantissant la transparence des élections.

L’ANIE s’acquitte, comme vous le constatez de son rôle, en toute liberté et en toute indépendance, en exerçant toutes les missions qui relevaient auparavant de la compétence des pouvoirs publics, une avancés sans précédent dans l’histoire de notre pays.

 

Chères concitoyennes, Chers concitoyens,

Ces acquis historiques montrent clairement que le processus du changement souhaité est bel et bien lancé, et que l’assainissement de l’Etat et le renouvellement de son encadrement enregistrent une progression notable. En effet, notre pays a vu une opération inédite de lutte contre le fléau de corruption et de dilapidation des deniers publics, engagée par la justice dans le cadre des missions et prérogatives, qui sont les siennes, mettant ainsi fin à l’impunité.

Ces développements positifs n’auraient pu être réalisés sans la parfaite coordination et permanente concertation entre les institutions de l’Etat, et sans l’accompagnement de notre Armée nationale populaire (ANP), digne héritière de l’Armée de libération nationale (ALN), et sa détermination constante à protéger la Constitution, garantir le fonctionnement de l’Etat et préserver ses institutions contre les dangers qui les guettent.

A ce propos, je tiens à réitérer mes remerciements et ma reconnaissance à sa clairvoyante Direction qui a pris la mesure du message de notre vaillant peuple et s’est attelée résolument à la réalisation de ses aspirations légitimes à un changement progressif, tant espéré.

 

Chères concitoyennes, Chers concitoyens,

Certain que vous êtes conscients des priorités de cette décisive conjoncture que traverse notre pays et convaincu que vous saurez barrer la route à ceux qui cherchent à instrumentaliser les règles et principes de la démocratie, je vous exhorte à la mobilisation pour la réussite de l’élection cruciale du 12 décembre prochain et vous réitère que l’Etat fera face à toutes les velléités de manœuvre.

Notre peuple est appelé à la vigilance et à la prudence, et ses loyaux enfants doivent se tenir prêts à faire face aux  cercles malveillants et à leurs actes hostiles à la patrie.

A ce titre, je tiens à affirmer que le respect et la protection des droits et libertés fondamentales ne donnent à quiconque le droit d’user de sa liberté d’expression et de manifestation pour attenter au droit de l’autre à l’exercice de ses libertés et à l’expression de sa volonté à la participation au scrutin.

L’intérêt suprême du pays implique pour l’Etat, quelles qu’en soient les circonstances, l’obligation de préserver l’ordre public, la Loi et les institutions de l’Etat, et de veiller à la sécurité et la stabilité de la patrie.

 

Chères concitoyennes, Chers concitoyens,

L’Algérie, pour laquelle ses fils et filles n’ont pas hésité à se sacrifier et qui a été bâtie, à force de bras, par de sincères volontés nationales, s’apprête à ce rendez-vous décisif, forte d’indicateurs encourageant, qui renforcent, chaque jour davantage, notre conviction que le peuple algérien, par la large adhésion au processus électoral, s’achemine en toute confiance vers l’institution d’une nouvelle ère.

Au moment nous célébrons ce glorieux anniversaire, j’exhorte le peuple algérien, encore une fois, à faire de la prochaine échéance une fête nationale qui apportera le coup de grâce à ceux qui dissimulent la haine et l’animosité aux enfants et petits-enfants des Chouhada de Novembre.

En pareilles circonstances, Mesdames et Messieurs, l’intérêt de la Patrie requiert la conjugaison des efforts de l’ensemble de ses enfants dévoués et la mobilisation de leurs volontés pour être au rendez-vous de l’Histoire, comme l’ont été leurs aïeuls lors de toutes les grandes haltes et rendez-vous de portée nationale.

Lorsqu’il s’agit de l’Algérie, ses enfants s’empressent de courir la porter sur leurs épaules, fière de son histoire glorieuse, de son peuple authentique et de sa jeunesse jalouse de sa cohésion et son unité.

Le 1e Novembre 1954 demeurera, à jamais, une intarissable source d’enseignements et un immuable phare éclairant la voie de fidélité à nous valeureux Chouhada.

Félicitations à notre brave peuple pour la célébration de cet anniversaire, avec tous ce qu’il véhicule en termes de grandeur et de gloire, et à l’occasion duquel nous réitérons la fidélité au message du 1e Novembre, pour lequel les Chouhada et Moudjahidine se sont sacrifiés.

Vive l’Algérie

Gloire à nos valeureux Chouhada ».

Tags

Articles en lien

One Comment

  1. le 1er NOVEMBRE 1954 , le peuple algérien a décidé de combattre le colonialisme français. le 19 Mars 1962, il a eu raison et le 5 juillet 1962, il a proclamé son indépendance . en ce jour mémorable, nous glorifions nos Martyrs et nous souhaitons que le peuple algérien vive dans la paix et la prospérité. mes chèrs compatriotes, n’oubliez jamais vos Martyrs, ils sont tombé aux champs d’honneur pour la nation !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close