AlgériePolitique

Après le retrait de Belaïd et Sahli, l’impossible présidentielle du 4 juillet

Algérie – Comme attendu, on se dirige vers une situation politique non prévue par la Constitution algérienne. Un deuxième report de l’élection présidentielle est presque une évidence, surtout après le retrait de Belkacem Sahli et Abdelaziz Belaïd, respectivement présidents de l’ANR et du Front al-Moustaqbal.

Le Conseil constitutionnel déclarera très probablement l’impossibilité de tenir une élection présidentielle le 4 juillet prochain… faute de candidats. Jusqu’à 14h00, aucun candidat n’a officiellement déposé son dossier de candidature auprès du Conseil constitutionnel, alors que les prétendants jugés comme étant un minimum sérieux ont d’ores et déjà annoncé leur retrait de la course.

Pour le moment, à moins de 10 heures de la fin du délai de dépôt de candidatures prévu ce samedi à minuit, un seul candidat s’est présenté au niveau du Conseil constitutionnel, mais il n’a, jusqu’ici, pas déposé son dossier. Il s’agit de M. Lakhdar Benzahi, militaire à la retraite, qui attendrait encore l’arrivée de formulaires signés en provenance d’autres wilayas du pays.

Dans un climat pareil, le Conseil constitutionnel présidé par Kamel Fenniche ne pourrait pas valider la date du 4 juillet, en raison de l’absence de toute concurrence garantissant une élection démocratique.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close