En directPolitiqueAlgérie

Après un mois de sa nomination, le Premier secrétaire du FFS démissionne

Algérie – Nommé au poste de Premier secrétaire du Front des forces socialistes (FFS) le 15 mars dernier, Hakim Belahcel annonce déjà sa démission.

Dans une lettre adressée aux militants du FFS et à l’opinion publique, le Premier secrétaire de ce parti politique en crise, fondé par Hocine Aït Ahmed, a annoncé, aujourd’hui dimanche 14 avril 2019, sa démission sur son compte Facebook.

Lettre intégrale :

 

Chers camarades, chers amis ;

J’informe les militants et les sympathisants du FFS et l’opinion publique en général, que j’avais démissionné hier de mon poste de premier secrétaire national du Front des Forces Socialistes .C’est une décision irrévocable !
J’ai pris cette décision, dénuée de toute contrainte ou de pression afin de préserver l’unité du parti et d’éviter l’irréparable à ses militants.
J’ai pris cette décision, non pas parce que ma nomination fut frappée d’ une quelconque entorse juridique ou statutaire, puisque je rappelle que je suis nommé dans le cadre de la collégialité et fort de l’appui de trois membres sur cinq qui composent l’instance présidentielle du FFS .Mais plutôt , pour empêcher de ternir d’avantage la réputation de notre cher parti .
J’ai pris cette sage décision, que plusieurs auraient sans doute refusé de prendre, au détriment du FFS et au péril de ses militants !

Chers camarades , chers amis ;
Durant plus d’un mois d’exercice, je me suis consacré pleinement et sincèrement et dans des conditions insoutenables, afin d’éviter à mon cher parti l’implosion et l’humiliation.
J’ai accepté ce poste de responsabilité dans un moment le plus crucial pour le parti et le plus déterminant pour le pays.
Je savais que la mission allait être ardue et inextricable car il fallait –en un temps étriqué- assurer à la fois à notre parti ,une présence politique et médiatique sur une scène politique en effervescence embourbée dans un contexte révolutionnaire formidable et inédit , puis , maintenir la stabilité en son sein et lui garantir une issue la moins coûteuse politiquement et organiquement !
Mon engagement dans cette périlleuse mission fut sans faille et sans relâche. Il vient se greffer à un parcours d’un militant de base jusqu’au statut de responsable au plus haut niveau de l’échelle, qui depuis plusieurs années a œuvré, au prix de plusieurs sacrifices, à défendre son parti et à le servir généreusement.
Aujourd’hui, notre parti malheureusement est arrivé à une situation dramatique, voir chaotique ! C’est un constat amer mais combien, réel.
Dieu m’est témoin, que durant mon exercice à la tête du secrétariat national, limité soit il , et avant cela en ma qualité de chef de cabinet de l’instance présidentielle et membre du comité éthique et du conseil national , j’ai consacré énormément de temps et d’énergie afin de contenir cette crise interne à plusieurs origines .Une crise qui couvait au sein de notre formation politique en sourdine, depuis maintenant, plusieurs années .
Mieux , j’ai œuvré activement avec d’autres évidement , en perspective de réorienter le FFS vers l’essentiel , pour lui permettre d’imprimer son emprunte et d’imposer sa crédible voix dans cet imbroglio politique qui mine l’avenir de notre pays .
Je crois aussi que j’ai fait, ce qu’il y’avait dans mon pouvoir de faire, pour accompagner le peuple algérien dans son combat légitime pour se réapproprier son destin et de recouvrer sa liberté et son autodétermination.
Chers camarades ;
Aujourd’hui , j’ai décidé , en mon âme et conscience et dans l’intérêt suprême de mon cher parti , le FFS , de prendre du recul tout en continuant mon combat en son sein , autant que militant de base et en ma qualité de membre du conseil national de droit .
Je refuse catégoriquement de m’inscrire en porte à faux avec mes principes chevillés, qui rejettent le clanisme, la violence d’où qu’elle vienne et les coups fourrés !

Par contre, je suis profondément convaincu et même certain que cette crise interne est engendrée par des considérations souterraines que seul le temps politique dévoilera. L’embrasement d’hier au siège national a mis en valeur un marasme politique dont l’origine ne peut nullement être étrangère à la situation politique qui prévaut dans le pays. Chacun assumera ses responsabilités devant l’histoire et devant le peuple Algérien.
Le FFS, de feu Hocine Ait Ahmed , le FFS ,de plusieurs générations de sacrifices et de martyrs et le FFS, l’unique espoir qui reste aux Algériennes et Algériens ;mérite qu’on lui réserve un sort meilleur .

J’invite les cadres du parti à la sagesse et à prioriser l’intérêt exclusif du FFS .
J’invite aussi les militants du FFS à se mobiliser et à être vigilants pour empêcher la dislocation de leur parti et lui éviter surtout des affiliations douteuses et inavouées.
Le pays , le peuple Algérien , ont besoin de ce legs historique pour renforcer le combat d’aujourd’hui et construire l’alternative démocratique de demain .
Salutations militantes les plus chaleureuses .

précision: j’informe les militants que je ne fait parti d’aucune commission de transition, tout ce qui est en dehors des textes je le refuse.

Vive l’Algérie
Vive le FFS
Gloire à nos valeureux martyrs

Docteur Hakim Belahcel
Militant et membre du conseil national du FFS

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close