En direct

Armes chimiques: les enquêteurs de l'ONU déjà au travail, hors de la Syrie

       Les enquêteurs de l’ONU  ont entrepris de recueillir à l’extérieur de la Syrie des indices sur  l’utilisation éventuelle d’armes chimiques, Damas continuant de leur refuser  l’entrée du territoire syrien, a indiqué vendredi le porte-parole de l’ONU.    M. Ban a écrit jeudi une nouvelle lettre au président syrien Bachar  al-Assad pour réclamer un accès "libre et sans entraves", a déclaré Martin  Nesirky.    "Le secrétaire général demande instamment au gouvernement syrien de donner  une réponse rapide et favorable, de façon à ce que la mission puisse travailler  en Syrie", a-t-il ajouté.    Ake Sellstrom, le scientifique suédois nommé fin mars par M. Ban à la tête  de le mission d’enquête, sera lundi à New York pour des consultations avec des  responsables de l’ONU.    Selon des diplomates, il s’est rendu à Londres pour recueillir des  informations sur les soupçons des Occidentaux. La France et le Royaume-Uni ont  demandé à l’ONU d’enquêter sur des accusations de l’opposition syrienne selon  lesquelles Damas a utilisé des armes chimiques à Homs (centre) et dans les  environs d’Alep (nord) et de Damas. Le gouvernement syrien a accusé les  opposants d’avoir fait de même près d’Alep le 19 mars.    Les enquêteurs, qui attendent à Chypre, ont "rassemblé et analysé des  indices et des informations disponibles en dehors" de la Syrie, a précisé M.  Nesirky.    Selon des diplomates, les Occidentaux ont transmis à l’ONU des témoignages  de personnes ayant fui la Syrie, ainsi que certains échantillons.    Dans l’attente d’un feu vert de Damas, a indiqué M. Nesirky, les enquêteurs  "vont poursuivre ces activités en dehors (de la Syrie) et pourraient se rendre  dans les capitales concernées".    Jeudi, les Etats-Unis ont reconnu pour la première fois que le régime  syrien avait probablement utilisé des armes chimiques en petite quantité, tout  en soulignant que leurs renseignements n’étaient pas suffisants pour en avoir  la certitude.    Le Premier ministre britannique David Cameron a fait état vendredi de  "preuves croissantes" de l’usage d’armes chimiques par le régime syrien alors  que Barack Obama a promis vendredi une "enquête très solide" et mis à nouveau  en garde Damas contre un recours à ces dernières qui changerait selon lui "la  règle du jeu" du conflit. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close