Monde

Arrestation en Belgique d'un évadé franco-marocain "très dangereux"

      Un trafiquant franco-marocain de "haut  niveau", considéré comme "très dangereux" et recherché par les autorités  françaises, a été interpellé jeudi à Bruxelles dans le cadre d’une opération  conjointe de la gendarmerie française et de la police fédérale belge, a-t-on  appris en France de source judiciaire et auprès des gendarmes.    Âgé de 34 ans, il était recherché depuis son évasion en novembre 2008 lors  de son transfèrement vers le tribunal de Beauvais, dans le nord de la France.  Le fourgon de gendarmerie qui le transportait avait été violemment percuté par  une voiture et six hommes cagoulés et lourdement armés l’avaient aidé à  s’enfuir.    Ce commando qui l’avait "libéré" n’avait pas tiré de coups de feu et a pris  soin ensuite d’incendier la voiture avec laquelle il avait percuté le convoi  puis la puissante cylindrée qui lui avait servi dans sa fuite.     Ce franco-marocain, considéré comme "très dangereux" par les gendarmes,  était notamment recherché dans le cadre d’une enquête sur un trafic de  stupéfiants depuis le Maroc.    "Le 21 janvier, la gendarmerie exploitait un renseignement sur la présence  du fugitif à Bruxelles", a précisé la gendarmerie d’Aquitaine dans un  communiqué, en soulignant que ce renseignement avait déclenché l’opération  intervenue deux jours plus tard à Bruxelles, "grâce à une coordination étroite  entre la gendarmerie et le service des fugitifs de la police fédérale belge".    Lors de sa cavale, le fugitif avait successivement échappé à un coup de  filet en Allemagne, puis en Espagne, et avait pu rejoindre le territoire  marocain d’où il aurait organisé un très important trafic de cannabis à  destination de la France, selon la gendarmerie.    En 2008, il était soupçonné en France d’être lié à un trafic de stupéfiants  qui avait notamment conduit les forces de l’ordre à saisir quelque 580 kilos de  résine de cannabis. Il avait déjà été condamné en France en novembre 2005 à  trois ans de prison, dans une autre affaire de trafic de stupéfiants entre le  Maroc et la France.    La justice belge doit désormais lui notifier le mandat d’arrêt européen  délivré par la France à son encontre, en vue de son éventuelle remise à la  justice française, a-t-on précisé de source judiciaire à Bordeaux (sud-ouest de  la France). 

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!