En direct

Attentat meurtrier à Damas, la bataille fait rage à Qousseir

     Un attentat à la voiture piégée a tué neuf policiers dimanche à Damas, selon une ONG, au moment où l’armée bombardait les  positions rebelles à Qousseir, théâtre d’une bataille acharnée depuis deux  semaines.    A New York, la Russie a bloqué ce week-end un projet de déclaration du  Conseil de sécurité de l’ONU proposé par le Royaume-Uni "s’inquiétant" de    la situation à Qousseir (centre de la Syrie), alors que Moscou et l’Union  européenne s’apprêtaient à entamer de vives discussions sur la levée de  l’embargo européen sur les armes à destination des rebelles syriens, lors d’un  important sommet qui se tiendra lundi et mardi Ekaterinbourg (Russie).    Après quelques semaines de répit dans les attentats à Damas, une attaque à  la voiture piégée a frappé dans la matinée de dimanche le quartier de Jobar,  dans l’est de la capitale, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme  (OSDH).    "Au moins neuf membres des forces du régime ont été tués après une forte  explosion provoquée par une voiture piégée près d’un commissariat de police", a  déclaré à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.    L’attentat n’a pas été revendiqué, mais de nombreuses attaques similaires  ont été perpétrées par les jihadistes du Front al-Nosra, qui a fait allégeance  à Al-Qaïda.    L’agence officielle syrienne Sana a confirmé l’explosion d’une voiture  piégée, en évoquant un bilan de 10 civils blessés    Le quartier était dimanche le théâtre de combats intenses entre armée et  rebelles, a ajouté l’OSDH, qui s’appuie sur un vaste réseau de militants et de  sources médicales civiles et militaires.    Après avoir reçu de nouveaux renforts à Qousseir, les troupes du régime  appuyées par des centaines de combattants du Hezbollah resserraient davantage  l’étau autour des rebelles, désormais retranchés dans le nord de cette ville  stratégique située près de la frontière libanaise, a précisé l’OSDH.    Les troupes du régime bombardaient par avion et à l’artillerie lourde les  positions rebelles dans le nord de la ville et à la périphérie, selon la même  source.    L’armée et le Hezbollah ont lancé le 19 mai l’assaut contre cette ville,  longtemps place forte de la rébellion, qu’ils cherchent à prendre pour ouvrir  un passage sûr entre Damas et le littoral syrien, base arrière du régime. 

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!