En direct

Attentat meurtrier à Tébessa : Un chef de brigade de la gendarmerie et un agent de la protection civile tués

  • Cet attentat a fait cinq morts civiles d’une même famille composée du père Messaï Saïd, son cousin, sa femme, sa belle sœur et un bébé alors qu’ils étaient dans un véhicule de marque Peugeot 404 dans les environs de El Eulgua El Malha.
  •    La seconde explosion s’est produite quelques instants après l’arrivée des services de sécurité et des secours, tuant deux gendarmes et un agent de la protection civile et blessant trois autres personnes. Les blessés ont été transportés vers l’hôpital de Bir El Aâter à Tébessa alors que le  chef de brigade de la commune d’El Eulgua, il a été transporté à l’hôpital militaire de Constantine à cause de la gravité de ses blessures, son bras droit a été amputé.
  • Selon les témoignages des habitants, la victime civile, un éleveur de bétail connu dans la région de Elma Labiod serait visé lors de son retour alors qu’il était dans son véhicule. Les terroristes qui voulaient attirer les forces de l’ordre dans un traquenard en faisant exploser une bombe la distance.
  • Par ailleurs, les forces de l’armée, soutenues par les éléments de sécurité spécialisés dans la lutte contre le terrorisme se sont déployés dans la région afin de détecter d’éventuelles bombes que les terroristes auraient déposés tôt le matin.
  • Selon des sources bien informées sur le groupe le plus dangereux au niveau du sud de la ville de Tébessa, l’attentat ne serait pas isolé mais intervient comme une réaction au retour du dossier des élément de l’émir Chabi Lakhmissi, connu sous le nom de Laâtrous devant la justice. L’attentat survient 48 après le verdict prononcé par le tribunal et la condamnation à mort  de six éléments en relation avec l’émir Laâtrous pour terrorisme. Les forces de l’armée ont éliminé l’émir Laâtrous la fin de l’année 2007 ainsi que ses gardes du corps à El Ma Labiod, 30 Km au sud de Tébessa.
  • La famille Messaï refusait de soutenir les terroristes
  • Les services de la gendarmerie nationale ont entamé des investigations approfondies derrière le massacre de la famille Messaï. Et selon des informations recueillies dans le voisinage, ce dernier aurait refusé de fournir les éléments terroristes en produits alimentaires. Ce dernier était un des grands fournisseurs de la région dont sont aussi originaires les terroristes.

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close