Economie

Au côté du solaire, l'énergie éolienne en plein développement au Maroc

   L’énergie éolienne est en pleine  expansion au Maroc, en particulier dans la région de Tarfaya (sud-ouest), où le  plus grand parc d’Afrique, d’une puissance de 300 mégawatts, doit entrer en  service en 2014.    Dépourvu à ce jour d’importantes réserves en hydrocarbures, le royaume  s’est fixé pour objectif de couvrir 42% de ses besoins grâce aux énergies  renouvelables en 2020, et a mis sur pied un programme visant à produire 4.000  mégawatts (MW).    La moitié de cette production doit être fournie par l’énergie solaire:  début mai, le premier des cinq projets de parc, près de Ouarzazate (sud), a été  officiellement lancé. Son entrée en fonction est prévu à partir de 2015.    L’éolien doit fournir les 2.000 mégawatts restants, et semble en cela avoir  pris une longueur d’avance: si plusieurs régions sont concernées, le sud-ouest  du Maroc et son bord de mer désertique battu par les vents constitue d’ores et  déjà un vaste chantier.    A Tarfaya, où doit voir le jour le plus grand parc du continent, le projet  dirigé par le groupe français GDF Suez en partenariat avec la société locale  Nareva Holding ne fait certes, lui aussi, que débuter.    "La construction a démarré fin décembre 2012. Mais la première tranche, de  50 MW, sera en service dès janvier", assure à l’AFP Francis Schang, responsable  chez Siemens, un des groupements chargés de réaliser les travaux.    "C’est un projet TGV", poursuit-il. D’ici la fin 2014, les 131 éoliennes  géantes de 80 mètres devraient avoir garni le paysage désertique, afin de  parvenir à une production de 300 MW, de quoi subvenir aux besoins de plusieurs  centaines de milliers d’habitants, note-t-il. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close