Economie

Au Japon, les agriculteurs du futur seront mi-homme, mi-robot

  •    La crise démographique qui touche le Japon n’épargne pas les agriculteurs, dont environ les deux tiers ont plus de 65 ans.
  •    Réticents à faire appel à la main-d’oeuvre étrangère, les Japonais imaginent des technologies de pointe pour permettre aux paysans âgés de continuer d’oeuvrer sans s’éreinter.
  •    C’est dans cette optique que le professeur Shigeki Toyama et son équipe de recherche ont conçu leur exosquelette motorisé ("power assist suit") à l’Université d’agriculture et de technologie de Tokyo.
  •    Après quinze années de recherche et développement, le kit du super fermier est sur le point de faire son entrée sur le marché japonais. M. Toyama créera son entreprise d’ici à la fin de l’année pour le produire en série et le vendre à partir de 2012.
  •    Cette ossature externe dispose de huit micromoteurs, placés au niveau des articulations, qui lui permettent d’accompagner les mouvements du corps détectés par des capteurs.
  •    Elle peut également être activée par commande vocale.
  •    Cette structure confère à son utilisateur une agilité et un confort inégalés pour déterrer des gros radis, cueillir le raisin ou les abricots. Oubliés les rhumatismes, problèmes de dos, crampes et autres douleurs que les agriculteurs connaissent si bien.
  •    "Si le fermier se penche pour déraciner un radis Japonais, son dos sera maintenu droit et il suffira de donner une brève instruction vocale pour que les tiges métalliques articulées au niveau des jambes se raidissent, lui donnant l’impulsion nécessaire pour arracher le légume sans effort", explique Gohei Yamamoto, un des étudiants qui travaille sur le projet.
  •     Deux modèles ont été développés pour différentes activités. Le plus lourd –31 kilogrammes– permet de ramasser des légumes au sol ainsi que de transporter des charges lourdes.
  •    L’autre, plus récent, ne pèse que 23 kilogrammes, une charge qui pourra être un peu allégée d’ici à sa commercialisation. Il soutient toute la colonne vertébrale et les bras pour cueillir plus facilement les fruits dans les arbres.
  •    Aux dires de leurs concepteurs, ces combinaisons diminuent l’effort physique de 62% en moyenne. L’activité musculaire enregistrée baisse de moitié lorsque le sujet fléchit les genoux. Il peut ensuite se maintenir accroupi sans aucune peine. 
  •    "Pour développer ce dernier modèle, nous avons fait une étude auprès de 102 personnes, leur demandant quelles parties de leur corps souffraient le plus de la cueillette du raisin. Il est apparu que les bras, le cou et les reins étaient les plus touchés", explique Gohei Yamamoto. 
  •    Cet appareillage sera dans un premier temps proposé à 1 million de yens (environ 8.000 euros), mais son prix devrait chuter de moitié lorsqu’il sera produit en série.
  •    La même équipe de recherche travaillera bientôt à la conception de lunettes multimédia, sur lesquelles s’afficheront en temps réel des informations utiles pour l’agriculteur en fonction de la tâche qu’il est en train d’effectuer. On peut imaginer y voir le degré de maturation des fruits regardés ou un suivi du rythme cardiaque de l’utilisateur.
  •    "Les lunettes vous diront par exemple de faire une pause si vous avez trop travaillé", sourit M. Toyama.
  •    Des équipements intelligents d’assistance physique sont déjà fabriqués au Japon pour faciliter les déambulations et la rééducation de handicapés dans les hôpitaux et maisons de repos.
  •    L’Etat encourage les initiatives pour développer les robots en tout genre et les technologies d’assistance aux personnes âgées.
  •    
  • Ennaharonline/ AFP 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close