En direct

Au moins 32 personnes tuées dans des attentats en Irak

Au moins 32 personnes ont péri  mardi en Irak dans quatre attaques distinctes, dont 25 lors de l’explosion d’un  camion piégé dans un marché de Diwaniya, au sud de Bagdad, a-t-on appris auprès  de sources médicales et sécuritaires.    "Au moins 25 personnes ont été tuées et environ 70 autres blessées lors de  l’explosion d’un camion piégé stationné dans un marché du centre" de Diwanyia  vers 10H15 locales (7H15 GMT), a indiqué à l’AFP un colonel de police sous  couvert d’anonymat. Une source hospitalière a souligné que les dépouilles des  25 victimes avaient été transférées vers l’hôpital général de la ville.     Toujours selon cette source, des femmes et des enfants font partie des  victimes.    Le marché visé est le principal point de vente de légumes de Diwanyia. La  déflagration a détruit une quinzaine de magasins situés à proximité.    Peu après l’attentat, les forces de sécurité de cette ville de quelque  440.000 habitants ont décrété un couvre-feu pour l’ensemble de l’agglomération.    Plus tôt dans la journée, l’explosion quasi-simultanée de deux voitures  piégées près de la ville sainte chiite de Kerbala, à 110 kilomètres au sud de  Bagdad, avait tué quatre pèlerins chiites, à quelques jours de la commémoration  de la naissance du Mahdi, une figure de l’islam chiite.    Plus au nord, à Taji, à 25 kilomètres de Bagdad, deux personnes, dont un  policier, ont été tuées lors de l’explosion de deux bombes, selon une source au  ministère de l’Intérieur. Une première bombe a détoné, puis une seconde au  moment où la police arrivait sur place. Quatorze personnes ont été blessées,  dont huit policiers. Une source à l’hôpital de Kazimiya, un quartier du nord de  Bagdad, a cependant assuré avoir reçu les cadavres de trois personnes.    Par ailleurs, à Touz Khourmatou, une ville située à 175 kilomètres au nord  de la capitale irakienne, un engin a explosé au passage d’une patrouille de  police, tuant un des agents et en blessant un autre, selon un colonel de la  police de la ville et le docteur Aiden Ahmed de l’hôpital de Touz Khourmatou.    Les violences en Irak ont considérablement diminué par rapport aux  terribles années 2006 et 2007 mais demeurent courantes dans le pays en proie à  une grave crise politique et à des tensions confessionnelles.
    

 Algerie – ennaharonline

 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!