En direct

Au moins 35 morts en Syrie, appel pressant de Clinton pour une transition

       La secrétaire d’Etat américaine Hillary  Clinton a appelé à une transition politique en Syrie pour épargner "une  agression catastrophique" pour le pays, où les bombardements de l’armée et les  combats ont déjà fait au moins 35 morts dimanche.    "Il doit être clair que les jours sont comptés pour ceux qui soutiennent le  régime" du président syrien Bachar al-Assad, a déclaré Mme Clinton aux  journalistes en marge d’une conférence internationale à Tokyo.    Si les violences cessent et qu’une transition politique est engagée, "il y  aura une chance d’épargner à la nation syrienne une agression catastrophique  qui serait dangereuse pour le pays mais aussi pour la région", a-t-elle ajouté.    Mais elle a estimé que Damas freinait jusqu’à présent les efforts menés par  l’émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan pour tenter de trouver une  solution pacifique et politique à la crise. "Il n’y a eu aucun mouvement du  régime syrien pour respecter" le plan de M. Annan, a-t-elle insisté.    Dans une récente interview, M. Annan a lui-même reconnu que ses efforts  avaient pour l’instant échoué et qu’il n’était pas garanti qu’ils aboutissent  un jour.    L’émissaire international a prôné une implication de l’Iran, un allié  majeur de Damas, une idée à laquelle Américains et Européens se sont jusqu’à  présent opposés, en raison notamment du conflit qui oppose Téhéran aux  Occidentaux sur son programme nucléaire.    Sur le terrain, l’armée syrienne a repris ses bombardements dans l’est et  le nord du pays, et a lancé des attaques coordonnées sur Qousseir et Rastane,  deux bastions rebelles dans la province de Homs (centre), selon l’Observatoire  syrien des droits de l’Homme (OSDH).    Au total, les violences ont fait au moins 35 morts, dont une moitié de  civils et une moitié de combattants, a ajouté à la mi-journée l’OSDH, une  organisation basée au Royaume-Uni qui s’appuie sur un réseau de militants et de  témoins.    Samedi, les opérations des forces de l’ordre et les combats entre soldats  et rebelles avaient fait au moins 77 morts (39 civils, 25 soldats et 13  rebelles), selon la même source.    Dimanche avant l’aube, de "violents combats" ont opposé soldats et rebelles  près de Qousseir, près de la frontière libanaise, tandis que l’armée pilonnait  la ville et les villages environnants, a déclaré à l’AFP le chef de l’OSDH,  Rami Abdel Rahmane.     
 
 

Algerie – ennaharonline

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *