Monde

Au moins six attaques concomitantes en Afghanistan, dont trois à Kaboul

Les talibans ont lancé trois attaques  concomitantes dimanche à Kaboul contre le parlement et dans le quartier des  ambassades, et deux attentats suicide ont visé au même moment des bâtiments du  gouvernement et un aéroport abritant une importante base militaire de l’Otan  ailleurs dans le pays.     Dans l’après-midi également, des talibans ont attaqué un camp de la police  dans la ville de Gardez, dans l’est.     L’assaut du Parlement à Kaboul a été repoussé par les forces de l’ordre,  selon la police mais les assaillants, dont certains équipés de vestes bourrées  d’explosifs, se sont emparé d’un hôtel nouvellement construit, dont une partie  brûlait, ont indiqué des témoins à l’AFP.     Le Kabul Star Hotel est situé au coeur d’un quartier du centre qui abrite  également une base militaire américaine importante, les bureaux des Nations  unies et le palais du président Hamid Karzaï.     Plusieurs assaillants ont tenté de pénétrer dans l’enceinte du Parlement  mais, repoussés par les forces de sécurité qui le protègent, ils se sont  retranchés dans un bâtiment adjacent, d’où ils tirent, selon Qudratullah Jawid,  porte-parole du Parlement.     Les talibans ont immédiatement revendiqué auprès de l’AFP les attaques de  Kaboul, assurant viser le parlement et l’enclave diplomatique. Ces insurgés  islamistes ont considérablement intensifié leur guérilla ces dernières années,  jusqu’au coeur de la capitale afghane.     Au moins un assaillant a été tué dans des échanges de tirs à Kaboul, selon  la police.     Au même moment, un attentat suicide suivi de coups de feu a été perpétré  dans la province de Logar, voisine de Kaboul, visant des bâtiments du  gouvernement, selon la police.     Quelques minutes plus tard, plusieurs personnes ont été blessées quand deux  kamikazes ont fait exploser leurs bombes à l’entrée de l’aéroport de Jalalabad,  dans l’est, qui abrite l’une des plus importantes bases aériennes de la force  internationale de l’Otan (Isaf), tenue par l’armée américaine qui compose plus  des deux tiers de ses effectifs dans tout le pays, selon la police.     En tout, ils étaient quatre kamikazes mais les deux autres ont été blessés  par les forces de sécurité qui les ont capturés, a déclaré à l’AFP le général  Jahangir Azimi, chef de la police de l’aéroport de Jalalabad.     Dans le quartier du centre de la capitale abritant les ambassades,  d’intenses échanges de tirs d’armes automatiques et de lance-roquettes  retentissaient encore en milieu d’après-midi, selon les journalistes de l’AFP  dont le bureau est situé au coeur de ce quartier, à proximité de l’ambassade  des Etats-Unis.     La représentation diplomatique américaine a déclenché ses alarmes et  demandé par haut-parleurs à son personnel de se mettre à l’abri.     Ces attaques coordonnées interviennent alors que les talibans ont annoncé  la fin de la trêve relative observée chaque hiver et proclamé la reprise de la  "saison des combats".     Les insurgés ont multiplié ces dernières années les attaques de plus en  plus audacieuses au coeur de Kaboul, pourtant transformée en véritable camp  retranché au terme de plus de 10 ans de guerre, ce qui en dit long, selon les  experts, sur l’intensification et l’extension à tout le territoire de la  guérilla de ces talibans chassés du pouvoir fin 2001 par une coalition  internationale emmenée par les Etats-Unis à la suite des attentats du  11-Septembre.     Le régime des talibans (1996-2001) avait accordé sa protection à Al-Qaïda  et notamment son chef Oussama ben Laden.     En septembre dernier déjà, les talibans avaient lancé des attaques  coordonnées dans la capitale, visant notamment l’ambassade des Etats-Unis et  une base militaire de l’Otan, et des combats ayant duré 19 heures avaient fait  14 morts.     La force de l’Otan compte encore quelque 130.000 soldats, essentiellement  américains, mais l’Otan et les Etats-Unis ont entamé un processus de retrait de  leurs troupes combattantes censé s’achever fin 2014, face à des opinions  publiques occidentales de plus en plus réticentes au maintien de leurs  militaires dans ce que les experts qualifient volontiers de bourbier afghan. 
 
 Algerie – ennaharonline
 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close