SociétéAlgérie

Enfant mort-né dans un carton : Aucune sanction à l’encontre de l’hôpital

Algérie  – L’enquête enclenchée par la Direction générale de la santé et de la population suite à la diffusion d’une vidéo montrant des employés de la morgue de l’EHU « 1er Novembre » d’Oran remettre un bébé mort-né à son père dans une caisse en carton a été clôturée sans infliger une sanction contre l’établissement en question.

Le chargé de communication de la Direction locale de la santé et de la population, Youcef Boukhari, a indiqué dans une déclaration à l’APS que la commission d’enquête composée d’éléments de la Direction générale de la santé et de la population et de la Direction locale, a été clôturée sans inculper les employés de la morgue. « Il s’agit d’une affaire qui a été gonflée par les réseaux sociaux », a-t-il estimé, ajoutant que l’enquête « a remis l’histoire dans son contexte, dont la vidéo la complètement sortie ».

À l’EHU d’Oran, les différents responsables sont unanimes à dire qu' »il n’y a pas eu d’erreur », expliquant que « les bébés mort-nés sont transportés dans des boites en carton dans tous les établissements sanitaires d’Algérie et même d’ailleurs ».

Le Directeur général de l’EHU, Dr. Mohamed Mansouri, a fait savoir que deux éléments sont à retenir dans cette affaire : « En premier lieu, le transfert des bébés décédés de la maternité à la morgue dans des caisses en carton – des boites de médicaments en général – s’explique par un souci de discrétion, car porter un bébé mort, enveloppé dans un linceul ou mis dans un cercueil, peut choquer les mamans qui viennent accoucher ». « Deuxièmement, très peu de familles réclament les bébés mort-nés que l’hôpital se charge d’enterrer », a-t-il souligné, ajoutant que le personnel de la morgue « ne s’attendait pas à voir le père venir chercher la petite dépouille ».

 

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close