Culture

Bahreïn ferme Alarab, la chaîne TV du milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal

   "Il a été décidé d’arrêter les activités d’Alarab, cette chaîne n’ayant pas obtenu les autorisations nécessaires", indique un communiqué de l’Autorité de l’information de Bahreïn. La chaîne, lancée à grand renfort de publicité, a diffusé des programmes pendant moins de 24 heures avant de devoir les interrompre pour des raisons "techniques et administratives".

   Dans son communiqué, l’Autorité de l’information de Bahreïn a affirmé avoir tenté d’aider la chaîne à fonctionner "conformément aux règlements, aux accords régionaux et internationaux et en tenant compte du contexte de la lutte antiterroriste", avant de souligner que "ces conditions n’ont pas été remplies".

   Après l’interruption des émissions d’Alarab, le directeur de l’Autorité de l’Information de Bahreïn Youssef Mohammed avait affirmé que ses services coopéraient avec la direction de la chaîne pour "la reprise de sa transmission et pour achever les procédures" d’autorisation.

   Le quotidien bahreïni, Akhbar Al Khaleej, reflétant les vues du gouvernement, avait affirmé que la chaîne n’avait "pas respecté les traditions des pays du Golfe, y compris l’impartialité de l’information et le rejet de tout ce qui est de nature à affecter l’esprit d’unité" régionale.

   Le premier invité de la chaîne après son lancement avait été l’opposant bahreïni Khalil al-Marzouq. Il avait alors critiqué la décision de Bahreïn de déchoir de leur nationalité 72 personnes. 

   Les autorités de Bahreïn avaient affirmé que cette décision visait entre autres des personnes "impliquées dans des activités terroristes".

   Le royaume de Bahreïn, où la dynastie sunnite est contestée par un mouvement de protestation animé par la majorité chiite, est régulièrement accusé par des ONG internationales de violation des droits de l’Homme.

   A la veille de son lancement, le directeur général d’Alarab, le Saoudien Jamal Khasoggi, avait déclaré que la chaîne répondait à "un besoin réel d’une télévision indépendante et impartiale".

   Le lancement d’Alarab avait été reporté maintes fois depuis l’annonce du projet en 2010 par le prince Al-Walid, homme d’affaires saoudien connu pour son franc-parler et actif notamment dans la finance, l’hôtellerie et les médias.

   Alarab vient s’ajouter à une multitude de chaînes de télévision arabes ou arabophones. La première à s’être lancée en 1996 sur ce créneau, Al Jazeera du Qatar, a été concurrencée en 2003 par la chaîne à capitaux saoudiens Al Arabiya.

   Ces deux chaînes ont été accusées de refléter les vues de leurs propriétaires, notamment dans leur couverture des remous suivant les révoltes arabes contre des régimes autoritaires.

   AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!