En direct

Bahreïn: HRW appelle à la libération des prisonniers politiques

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
 

      Human Rights Watch (HRW) a appelé mardi à  la libération des prisonniers politiques à Bahreïn, qualifiant d’"injustes" les  procès intentés contre des centaines de protestataires, notamment chiites, pour  leur participation l’an dernier au mouvement de contestation du régime.    "La tenue de procès foncièrement injustes devant des tribunaux militaires  et civils est un élément central de la répression du mouvement de protestation  pro-démocratie à Bahreïn", déclare Joe Stork, directeur adjoint de HRW pour le  Moyen-Orient.    Dans un rapport intitulé "Pas de justice à Bahreïn: des procès injustes  devant des tribunaux militaires et civils", l’organisation de défense des  droits de l’Homme dénonce de "graves violations" de procédure lors des procès.    Elle cite notamment "le déni du droit des accusés de se faire assister d’un  avocat" et "le refus d’enquêter sur des allégations crédibles de torture et de  mauvais traitements des accusés pendant les interrogatoires".    Manama devra "abandonner les poursuites contre toutes les personnes  condamnées pour des motifs politiques (…), pour des slogans qu’ils avaient  scandés ou pour s’être joints à de grandes manifestations pacifiques".    "Parmi les personnes dont les condamnations devraient être invalidées et  qui devraient être libérées, figurent des dirigeants du mouvement de  contestation comme Ibrahim Chérif, Abdelhadi al-Khawaja, Hassan Mashaimaa et  Abdelwahab Hussein", indique HRW.    En juin, ces trois derniers, des chefs de groupes de l’opposition chiite,  avaient été condamnés à la perpétuité, et Ibrahim Chérif, un sunnite à la tête  d’une formation de la gauche laïque, avait écopé de cinq ans de prison, pour  leur rôle dans la contestation.    Dans son rapport, HRW invite les pays occidentaux, dont les Etats-Unis, à  "suspendre toute vente ou aide militaire (…) à Bahreïn tant que le  gouvernement n’aura pas réglé le problème des graves violations des droits de  l’Homme".    Une Commission d’enquête indépendante, formée à la demande du roi de  Bahreïn, avait rendu en novembre un rapport, dénonçant un "usage excessif et  injustifié de la force" de la part des autorités lors de la répression des  manifestations de début 2011 sur fond de Printemps arabe.    La contestation était animée par des chiites, majoritaires parmi la  population locale, qui réclamaient une véritable monarchie constitutionnelle  dans ce pays gouverné par une dynastie sunnite.
 
 
  Algérie- ennaharonline    

 
 
 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

commentaires

commentaires

Voir plus

bilel messoudi

Journaliste-Rédacteur du site web ALG24 depuis décembre 2014
Dans la presse électronique depuis avril 2009. Spécialisé dans l’information de sports .
adresse: cité 722 logement sidi yaya – hidra alger
bilel-messoudi@ennaharonline.com

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *