Monde

Bahreïn: la police disperse une manifestation à coups de gaz lacrymogène

  •    Quelques manifestants ont lancé des pierres en direction de la police, qui s’était interposée entre les contestataires évalués à quelques milliers et des centaines de partisans du régime dans le quartier de Rafah.
  •  
  •    Des centaines de partisans du régime, certains armés de bâtons, d’épées et de couteaux, s’étaient rassemblés dès la matinée dans le secteur sunnite de Rafah pour tenter d’empêcher les manifestants de s’approcher.
  •  
  •    "Vive la monarchie bahreïnie", "le peuple veut Khalifa ben Salman", le Premier ministre dont l’opposition réclame le limogeage, scandaient les manifestants.
  •  
  •    "Le peuple veut la chute du régime", répétaient pour leur part les manifestants opposés à la monarchie, dont certains brandissaient des drapeaux et des fleurs qu’ils ont tenté d’offrir à la police.
  •  
  •    Les principales composantes de l’opposition bahreïnie, dont le puissant mouvement chiite al-Wefaq, avaient appelé jeudi à annuler cette marche contre le palais royal, dans une tentative d’apaiser les tensions confessionnelles.
  •  
  •    Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur avait affirmé pour sa part que toute tentative d’organiser une marche en direction de Rafah constituerait "une action menaçant la sécurité" du pays, ajoutant craindre "une confrontation" entre sunnites et chiites.
  •  
  •    "La situation est déjà tendue et le ministère met en garde contre toutes actions provocatrices", avait-il ajouté.
  •  
  •    La contestation contre la dynastie sunnite dans ce petit royaume à majorité chiite du Golfe a commencé le 14 février à l’initiative d’un groupe de jeunes qui ont lancé des appels sur Facebook, et le mouvement a été récupéré par l’opposition.
  •  
  •    Jeudi, des heurts entre sunnites et chiites se sont produits dans un lycée de jeunes filles dans la région de Sar (ouest de Manama).
  •  
  •    Le 3 mars, la police avait dû intervenir à Hamad City, une banlieue du sud de Manama, pour mettre fin à des heurts entre jeunes sunnites et chiites, les premiers incidents de ce genre depuis le début de la contestation anti-gouvernementale.
  •  
  •    Vingt-cinq dignitaires sunnites bahreïnis avaient appelé mercredi les dirigeants religieux des communautés chiite et sunnite du royaume à lutter contre les divisions confessionnelles.
  •    
  • Ennaharonline

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!