Monde

Bahreïn: l'opposition appelle Téhéran à ne pas s'ingérer, Ryad à se retirer

  •    "Nous ne voulons pas que Bahreïn se transforme en scène d’affrontement entre l’Arabie saoudite et l’Iran", a déclaré le chef du mouvement al-Wefaq lors d’une conférence de presse à Manama, en présence des responsables de six autres formations de l’opposition.
  •  
  •    "C’est pourquoi, a-t-il ajouté, nous demandons au royaume d’Arabie saoudite de retirer les troupes du Bouclier de la Péninsule, et nous demandons à l’Iran de ne pas s’ingérer dans les affaires intérieures de Bahreïn".
  •  
  •    L’Iran a dénoncé avec force le déploiement de troupes saoudiennes à Bahreïn, dans le cadre de la force commune des pays du Golfe nommée "Bouclier de la Péninsule", dépêchée dans ce petit royaume pour prêter main-forte à la dynastie sunnite des Al Khalifa.
  •  
  •    Le pouvoir a réprimé à la mi-mars un mouvement de contestation animé par l’opposition dominée par les chiites qui forment la majorité de la population autochtone. Les violences ont fait 24 morts en un mois.
  •  
  •    Le ministre iranien de la Défense Ahmad Vahidi avait affirmé mardi que l’envoi de forces saoudiennes et d’autres pays du Golfe à Bahreïn "renforçait les tensions" dans la région. "Si de telles actions, sans base légale, deviennent courantes, la région se transformera en foyer de confrontation et d’hostilité".
  •  
  •    L’Iran a rappelé son ambassadeur à Bahreïn alors que les autorités bahreïnies dénonçaient des ingérences iraniennes dans leurs affaires intérieures.
  •  
  •    Le chef de la diplomatie bahreïnie, cheikh Khaled Al-Khalifa, a affirmé mercredi que les troubles entre sunnites et chiites dans son pays, s’ils n’avaient pas été circonscrits, se seraient étendus à toute la région.
  •  
  •    Cheikh Salmane a déploré le fait que le pouvoir "ait eu recours à l’option sécuritaire, ce qui a coupé la voie au dialogue". Mais il a affirmé que l’opposition n’appelait plus ses partisans "à manifester ni à s’affronter aux forces de l’ordre".
  •  
  •    "Nous nous contentons de répéter Allah Akbar (Dieu est le plus grand) et de visiter les tombes de nos martyrs", a-t-il dit, proclamant samedi "jour de deuil à la mémoire des martyrs".
  •  
  •    Les sept formations d’opposition ont en outre publié un communiqué conjoint dans lequel elles ont affirmé "refuser toute ingérence de toute partie que ce soit" à Bahreïn, et dénoncé en même temps la tentative des autorités de "présenter le mouvement populaire comme un complot étranger".
  •  
  •    Six figures de l’aile dure de l’opposition ont été arrêtées le 17 mars et ont été déférées devant la justice militaire.
  •  
  •    Pour sa part, le parlement a accepté mardi la démission de 11 des 18 députés d’al-Wefaq, présentée en février pour dénoncer la violence contre les manifestants réclamant des réformes. Ils perdent ainsi leur immunité et pourraient être exposés à des poursuites judiciaires.
  •    
  • Ennaharonline

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *