En direct

Benghebrit rassure les partenaires sociaux quant à la prise en charge de leurs revendications

Dans un entretien accordé à l’APS, Mme Benghebrit s’est dit "consternée et triste" de constater que les syndicats réagissaient avec empressement à travers le recours machinal à la grève, nonobstant les rencontres tenues récemment entre les deux parties "à la faveur de débats et d’un dialogue constructifs", appelant ces syndicats à "ne pas perdre espoir quant à la prise en charge de leurs préoccupations socioprofessionnelles".

"Le ministère de l’Education s’atèle à la mise en œuvre de ce qui a été convenu de concert avec le Gouvernement, et cela nécessite du temps car il s’agit d’un dossier lourd qui concerne plus de 40% des travailleurs du secteur", a-t-elle affirmé.

Pour ce qui est des questions en suspens, la ministre a précisé que ces dossiers "qui font actuellement l’objet d’examen, impliquent d’autres parties" précisant qu’elle avait préconisé l’élaboration d’un pacte entre son département et les syndicats, où seraient évoquées les préoccupations des travailleurs, dont "l’examen et la prise en charge doivent prendre le temps qu’il faut".

Par ailleurs, Mme Benghebrit a reconnu que les statuts de l’Education de 2008 renfermaient des dysfonctionnements qui avaient profité uniquement aux enseignants du Secondaire et non à ceux des deux autres cycles (Primaire et Moyen).

"Toutefois, cet état de fait ne saurait justifier le recours à des moyens de pression ni l’empressement dans la prise de décisions s’agissant de lancer des mouvements de grève pour le règlement des problèmes en suspens", a souligné la ministre précisant qu’un pacte entre les deux parties était à même d’assurer la prise en charge des préoccupations des travailleurs du secteur "en toute responsabilité". (APS)

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close