Culture

Berlinale: film français tourné à Londres, film britannique tourné à Paris

  •    De son côté le Chinois Chen Kaige, qui avait reçu la Palme d’or à Cannes avec "Adieu ma concubine", entre lui aussi dans la course à l’Ours d’or décerné samedi avec "Forever enthralled", le portrait d’une star de l’opéra chinois.
  •    Rachid Bouchareb, qui a présenté "Little Senegal" à Berlin en 2001, y revient avec "London river" qui met en scène la Britannique Brenda Blethyn, popularisée par les films de Mike Leigh, et le Malien Sotigui Kouyate, acteur fétiche de Peter Brook.
  •    La première campe Elizabeth, une veuve qui vit sur l’île de Guernesey et part à Londres à la recherche de sa fille étudiante, dont elle n’a plus de nouvelles. Elle croise Ousmane, un musulman qui vit en France et lui inspire tout d’abord de la crainte, lui aussi à la recherche de son fils.
  •    Pour l’auteur d’"Indigènes", récompensé par un prix d’interprétation collectif au Festival de Cannes 2006, les attentats terroristes de Londres ne sont qu’un prétexte, ils servent de cadre à une histoire de tolérance, où deux personnes de cultures différentes apprennent à se connaître.
  •    "Quand on a deux acteurs comme ceux-là c’est un peu des vacances pour un cinéaste. Les personnages, c’était eux et personne d’autre", a-t-il dit lors d’une conférence de presse.
  •    "J’ai attendu Brenda un an, j’aurais pu attendre deux ans", a-t-il ajouté.
  •    De son côté le Britannique Stephen Frears dévoilait son dernier film tourné en France, le très attendu "Chéri", adapté d’un roman de Colette.
  •    Celui-ci relate, dans le Paris des années 20, la naissance d’une passion entre Léa, ex-courtisane, et Chéri, le jeune homme confié à celle-ci par sa mère, Madame Peloux, ex-courtisane elle aussi.
  •    Ce film signe le retour de Frears, trois ans après son mordant "The Queen" sur la monarchie britannique, qui a valu à Helen Mirren un Oscar de la meilleure actrice.
  •    Le tapis rouge devait accueillir dans la soirée la star du film, l’actrice américaine Michelle Pfeiffer, mais aussi l’Américain Gus Van Sant dont le film "Harvey Milk", déjà sorti en salles dans une vingtaine de pays, est projeté dans la section Panorama.
  •    Mardi à mi-course, peu de films ont enthousiasmé la critique à la 59e Berlinale, et au sein du palmarès établi par les neuf critiques interrogés par le magazine professionnel Screen, seuls deux ou trois films se distinguaient.
  •    "About Elly", un drame familial iranien pourtant souvent jugé trop long et bavard a été apprécié pour sa peinture de la jeune bourgeoisie de Téhéran. "The Messenger" avec Ben Foster et Woody Harrelson, qui évoque la douleur des familles de soldats américains morts en Irak, avait lui aussi retenu l’attention.
  • Ennaharonline/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!