Sports

Bosnie : enlevée bébé pendant la guerre, retrouvée par son père 16 ans après

  •    Senida Becirovic n’avait que six mois lorsqu’elle avait été enlevée par les forces serbes bosniaques, en avril 1992, dans son village de Caparde (nord-ouest de la Bosnie) avec sa soeur, alors âgée de quatre ans, et leur mère, a raconté à l’AFP le père, Muhamed Becirovic, un musulman bosniaque.
  •  
  •    Lorsqu’il avait appris la nouvelle, M. Becirovic se trouvait à Tuzla (nord) et était dans l’impossibilité de regagner son village. Blessé au cours du conflit, il avait été transféré en 1995 en Allemagne, où il vit depuis.
  •  
  •    M. Becirovic, qui parlait à l’AFP au téléphone depuis l’Allemagne, a expliqué que pendant toutes ces années il avait perdu l’espoir de retrouver sa famille vivante, mais qu’il s’était néanmoins battu pour que les corps de ses filles et de sa femme soient recherchés et identifiés.
  •  
  •    Selon son récit, Senida a été retrouvée en mai 2008, dans un foyer géré par une ONG, à Sremska Kamenica, dans le nord de la Serbie, grâce à des tests ADN.
  •  
  •    Informé par la Croix-Rouge, c’est à ce moment qu’il l’a revue pour la première fois, à Belgrade.
  •  
  •    Après son enlèvement, Senida a été confiée à une vieille femme qui peu après l’a donnée pour "adoption" à un couple belgradois, Zivan et Zivka Jankovic. Elle a ensuite vécu sous le nom de Mila Jankovic.
  •  
  •    Il y a un an, mécontent de son comportement, le couple Jankovic a placé l’adolescente dans le foyer de Sremska Kamenica, où, par les soins de la Croix-Rouge, elle a été soumise à des tests ADN qui ont montré qu’il y avait conformité avec l’échantillon fourni par son père.
  •  
  •    Lundi, Senida s’est rendue à Sarajevo pour se procurer des papiers d’identité avec son vrai nom, a dit à l’AFP un représentant de la Croix-Rouge de Bosnie, Safet Sahanovic.
  •  
  •    Son père, qui est entre-temps retourné en Allemagne, a dit espérer que sa fille déciderait de le rejoindre.
  •  
  •    Selon les données de la Commission internationale pour les personnes disparues (ICMP), dont le siège est à Sarajevo, depuis la fin de la guerre de Bosnie (1992-1995), quelque 15.000 personnes sont toujours portées disparues.
  •  
  •    
  • Ennahar/ AFP

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *