En directAlgérie

« J’ai tué ton père, seul », Boumaarafi écrit à Nacer Boudiaf (Lettre)

Algérie – « Je voulais tuer Chadli. Mais sa nouvelle politique d’ouverture m’a fait changer d’avis ». C’est ce que révèle Lembarek Boumaarafi dans sa lettre écrite le 13 juillet 1992, à la famille Boudiaf, que Nacer, fils du défunt président, a publié sur sa page Facebook.

Dans son récit, Boumaarafi précise qu’il a « réfléchi et exécuté » l’assassinat seul. Il justifie son acte par des motivations religieuses. Sa volonté de se sacrifier en tuant une figure du pouvoir « corrompu ». Il avance, toutefois, qu’il n’avait pas particulièrement visé le Président Mohamed Boudiaf, du fait, dit-t-il, qu’il ne faisait pas directement parti du régime. Mais aussi par rapport à son « intégrité et son passé glorieux ».

Mais qu’en acceptant le pouvoir, il avait accepté de continuer de représenter ce « Régime  corrompu ». Ce qui l’a, dit-il, poussé à exécuter son plan de sacrifice. Et l’occasion s’est offerte à lui lors du déplacement à Annaba.

Ainsi, pour le sous-lieutenant Lambarek Boumaârafi, par son acte, il n’a fait que rapprocher Boudiaf de Allah. Et Dieu en le rappelant à lui, « à préserver son image au yeux des gens ». « Je considère que Allah a voulu sa mort pour préserver son image aux yeux des gens. Surtout qu’il travaillait au milieu de la mafia du régime », dit-il, enfin, dans sa lettre de deux pages.

Lire aussi : Présidentielle 2019 : Le fils du président Mouhamed Boudiaf annonce sa candidature

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close