Sports

CAN-2015-Le Roy:"à tous les donneurs de leçon sur les régimes africains comme BHL… On a vu ce qui s'est passé en Libye"

   Q: Vous vous apprêtez à disputer votre huitième CAN, en êtes-vous fier?

   R: "Oui, c’est une fierté, peut-être encore plus cette fois-ci, car pour beaucoup de spécialistes il était inconcevable que le Congo se qualifie dans un groupe avec l’Afrique du Sud, le Nigeria et le Soudan, surtout après 15 ans d’absence. Je suis d’autant plus fier que quand j’ai pris cette équipe, tout le monde a dit que c’était un enterrement de première classe. Mais je n’ai jamais eu de plan de carrière, je suis toujours allé dans des pays qui m’attiraient."

   Q: Comment expliquez-vous votre réussite avec les équipes africaines?

   R: "Ce n’est pas du tout démago, mais c’est une aventure humaine, je suis content pour moi mais c’est la réussite de tout le staff et surtout des joueurs, ce sont vraiment des types de qualité. Moi j’ai amené toute ma passion, mon sens du jeu, mon amour fou du foot, et une méthode, beaucoup de discipline."

   Q: Y a-t-il une ‘patte Le Roy’?

   R: "Mais je travaille comme dans toutes les équipes que j’ai dirigées, à Shanghai, à Cambridge, au Cameroun (avec qui il a gagné la CAN-1988, ndlr)… A Oman ils attendaient la Coupe du Golfe quarante ans et on l’a gagnée (2009). Je ne fais pas de cadeau aux joueurs, je leur dis exactement tout ce que je ressens. Quand on a 23 joueurs on est 23 fois un entraîneur différent. C’est une incroyable bêtise de dire qu’on est le même avec tous, parce qu’on à affaire à des hommes. Moi je les responsabilise, je ne paternaliste pas du tout. J’essaie d’expliquer aux dirigeants d’Afrique qu’il faut arrêter de les appeler: +les enfants+, c’est complètement dépassé."

   Q: Allons, vous avez bien un "truc" de vieux routier de l’Afrique…

   R: "Je crois que ma qualité en Afrique a été de ne jamais avoir eu peur d’être démis de mes fonctions, même quand c’était risqué pour moi. Sur ce continent les joueurs ont une confiance absolue en moi parce qu’ils savent que le patron technique c’est moi, que personne ne peut jamais rien m’imposer, et si un choix ne leur convient pas ils ne peuvent pas se retourner vers quelqu’un d’autre."

   Q: Que pensez-vous de la polémique sur le fait d’organiser le tournoi dans un pays comme la Guinée Équatoriale?

   R: "Ils ont sauvé la Coupe d’Afrique. Quant à tous les donneurs de leçon sur les régimes africains comme BHL (Bernard-Henri Lévy)… On a vu ce qui s’est passé en Libye. Il faut laisser les pays s’organiser eux-mêmes, les Africains n’ont besoin de personne, les puissances européennes doivent laisser la main. Le Burkina est un exemple remarquable, pour le moment, il n’y a pas eu trop de casse, il ne fallait pas tout détruire, le pays s’est remis à avancer. Et puis quelque part, merci, nous sommes en démocratie, on peut juger de tout, mais moi mon job n’est pas de juger le président de la Guinée Équatoriale mais de maximiser le talent d’une équipe. J’aime ce continent, mais je suis là pour le foot."

   Q: Le Congo peut-il jouer un rôle d’outsider?

   R: "Non, attendez! Nous sommes la seule équipe où aucun joueur n’a jamais disputé de Coupe d’Afrique, ils étaient enfants la dernière fois (en 2000). Nous avons une chance, disputer le match d’ouverture. Cela signifie qu’ils vont tout de suite rentrer dans le bain de la CAN, et je trouve ça génial."

   Propos recueillis par Emmanuel BARRANGUET

    AFP

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *