Monde

Centrafrique: Hollande espère que l'opération va devenir européenne

 Le président français François Hollande  a déclaré jeudi espérer que l’opération lancée par la France en Centrafrique  devienne une mission européenne grâce notamment à l’envoi de soldats par la  Pologne.    M. Hollande a indiqué devant la presse à Bruxelles qu’une décision pourrait  être prise vendredi au cours de la seconde journée du sommet européen à  Bruxelles. "Si cette décision se confirme", l’opération pourrait être  "considérée comme une opération européenne et il y aura des financements",  a-t-il ajouté.    "Il y a une différence entre une mission européenne et une mission de  l’Union européenne", a cependant fait remarquer un diplomate européen. "Seule  une mission de l’UE peut bénéficier de fonds européens", a-t-il insisté. Une  mission de l’UE doit être approuvée par les 28 Etats membres et c’est un  processus qui prend du temps, "de quelques semaines à quelques mois", a-t-il  dit.    M. Hollande a cité l’importance de l’apport de la Pologne, qui a décidé,  pour l’instant, de "mobiliser un avion Herculès C-130 pour trois mois et 50  soldats sur place pour le faire voler et le soutien logistique".    "Nous n’avons pas besoin de beaucoup de troupes supplémentaires, mais d’une  présence", a précisé M. Hollande. "Ce que je souhaite est qu’il y ait,  politiquement, une présence de l’Europe. Qu’on ne dise pas: +la France est  seule+ C’est important pour l’Europe".    Il a par ailleurs salué "le soutien logistique très important" apporté par  l’Allemagne, le Royaume Uni, la Belgique, la Pologne, l’Espagne et les Pays-Bas.    Le président français a souligné que le coût économique de l’intervention  n’était pas "un problème" pour l’instant. "Je ne sais pas combien de temps elle  va durer, mais nous avançons assez vite" pour rétablir la sécurité à Bangui,  selon lui.    M. Hollande a par ailleurs estimé que sa demande d’une meilleure prise en  compte du financement des opérations extérieures par l’Europe avait été  entendue par ses partenaires au cours du débat sur l’Europe de la défense.    Un rapport sera remis par la chef de la diplomatie de l’UE, Catherine  Ashton, au premier semestre 2014 "sur la réforme de ce financement", notamment  du dispositif actuel, dit "Athéna". 

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!