En directAlgérie

Cevital accuse le Port de “Sabotage économique”… Au profit de qui ? (Documents)

Algérie – Said Benikene, Directeur Général Exécutif du Groupe Cevital, a répondu aux propos du PDG du Groupe Services Portuaires (Serport), confiés, dimanche 5 août, à ALG24.

“M. Djelloul Achour persiste dans le mensonge pour couvrir un acte de sabotage économique”. C’est ce qu’il rétorque dans une réponse, rapportée par le Site TSA, le même jour, et relayée par plusieurs médias ce lundi 6 août.

“M. Achour n’est qu’un instrument dans cette affaire.  Malheureusement, la première victime est l’économie de notre pays”, ajoute le CEO de Cevital.

Des accusations graves qui suscitent plusieurs questions, notamment : à qui profite ce sabotage ?

D’autant que l’Algérie n’a jamais fait de trituration de graine. C’est donc un segment qui suscite l’intérêt de plusieurs opérateurs, notamment des concurrents de Cevital. Des questions auxquelles ALG24 reviendra très prochainement.

Les vérités de Cevital

“Après avoir reçu de Cevital un démenti cinglant et factuel, documents à l’appui, dans l’affaire du terrain devant accueillir l’usine de trituration, Djelloul Achour vient de récidiver en affirmant que les équipements de trituration saisis par le port de Skikda, après avoir été dédouanés et sortis par Cevital, n’ont en réalité pas été dédouanés”, indique M. Benikene. Or, dit-il : les conteneurs importés via le port de Skikda début juillet ont bel et bien été dédouanés le 8 juillet. Ils n’ont été repris que le 18 juillet, soit 10 jours après leur sortie du port.

Pour étayer ses propos, Cevital s’appuie sur des documents des Douanes Algériennes – joints-. Ces derniers prouvent, selon le groupe Cevital, le dédouanement du matériel de trituration à la date du 8 juillet 2018.

Cevital accuse le Port d’inventer des autorisations pour le bloquer !

Un argument a été avancé par le PDG de Serport pour justifier le blocage de Cevital. Ce dernier affirme que le projet d’usine de trituration de graines oléagineuses auquel est destiné le matériel industriel importé “souffre de l’absence d’autorisation”.

Un argument auquel le CEO de Cevital oppose un démenti catégorique. Pour lui, “il n’existe aucune autorisation à obtenir pour importer des équipements industriels”.

“Quant à l’absence d’autorisations avancée par Mr Djelloul Achour, il nous parait aujourd’hui indispensable que ce dernier donne les références réglementaires. Mais aussi, le nom des documents, ainsi que la désignation des autorités qui doivent les délivrer », souligne Said Benikene. Pour lui, cette absence de justification légale est “la raison pour laquelle M. Achour n’a donné aucune justification. Et n’a fait référence à aucun texte réglementaire dans son instruction envoyée aux PDG et DG de tous les ports algériens. Et ce, pour bloquer le déchargement des équipements de trituration de Cevital”.

Lire aussi : EXCLUSIF – Blocage de Cevital : Le PDG de Serport réagit 

Doc Liberté 002
Doc Liberté 002

 

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!