En directAlgérie

Chantage, extorsion, manipulation…les sales affaires de Abdou Semmar

 

Semmar Mohamed Abderrahmane, alias Abdou Semmar, est connu pour ses articles très virulents, surtout envers les hommes d’affaires et personnalités influentes. L’on connait tous également ses revirements et sa manie de passer de la critique virulente à l’éloge en un battement de cil. Pour éclairer certaines âmes qui n’ont toujours pas compris le jeu auquel se livre Abdou Semmar, nous revenons dans cet article aux nombreux cadavres qu’il a dans son placard.

 

Abdou Semmar a été viré depuis plus d’un mois du journal électronique Algérie Focus où il occupait le poste de Rédacteur en chef. Il masque sa sortie du quotidien électronique par une affaire de censure par les actionnaires du site dont il aurait été victime, cependant, la réalité est toute autre.

En effet, selon nos sources, Abdou Semmar a été viré d’Algérie Focus parce que les propriétaires ne supportaient plus ses pratiques de chantage et d’extorsion qu’il exerçait sur bon nombre d’hommes d’affaires et de personnalités, notamment politiques. Sa recette: publier un “scandale” sur ces personnalités, puis donner son prix pour changer sa position vis-à-vis de ses victimes ; vous comprendrez ainsi pourquoi, sur son nouveau site (Algérie Part), il tire sur tout le monde, ciblant particulièrement des hommes d’affaires.

L’on se souvient tous de la manière “prostitutionnaire” avec laquelle il a défendu les intérêts de Mahieddine Tahkout, quand le scandale sur son usine de montage de véhicules Hyundai avait éclaté.

Parmi les victimes de Abdou Semmar, nous citons dans cet article un Algérien établi à l’étranger qui n’a pas hésité à déposer, en 2015, plainte contre l’ex-journaliste d’Algérie Focus. Ce dernier est convoqué depuis deux ans dans cette affaire, mais ne s’est jamais présenté, outrepassant toutes les lois.

En effet, Ganibardi Salim, un Algérien établi à l’étranger, avait été accusé le 16 mars 2015 par Semmar d’avoir, avec d’autres hommes d’affaires, un compte privé à la banque suisse HSBC, qu’il utiliserait à des fins malsaines.

Cet Algérien établi à l’étranger depuis 34 ans a, suite à la lecture de l’article, adressé une mise au point à la Rédaction d’Algérie Focus et spécialement à Abdou Semmar. Cependant, au lieu de publier ce droit de réponse, Semmar a tenté de “traiter” avec celui qu’il a diffamé. Mais ce dernier ne s’est pas laissé faire et a engagé des poursuites judiciaires contre lui en date du 10 septembre 2015, comme le montre le document joint à l’article.

Selon nos sources, Abdou Semmar a usé des mêmes pratiques avec les autres hommes d’affaires cités dans son article de mars 2015. Des pratiques qu’il a l’habitude d’exercer contre beaucoup de “riches” en Algérie, sans scrupule et sans égard à l’éthique et au respect de la profession qu’est le journalisme.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!