Sports

Cheikh Abdallah dit NON

  • Le président déchu depuis le coup d’Etat du 6 août est actuellement en résidence surveillée dans le village de Lemden (250 km de Nouakchott).
  • "Quand on me dit +Acceptez donc de participer, le 27 décembre, aux journées de concertation+ organisées par la junte, je dis catégoriquement non ! Répondre oui, ce serait légitimer le coup d’Etat et s’incliner devant le fait accompli", a affirmé M. Abdallahi.
  •  
  • "Je suis fermement décidé à lutter pour faire échouer ce coup d’Etat. Il est, par exemple, tout à fait possible que je me rende au sommet des chefs d’Etat de l’Union africaine (UA), fin janvier, à Addis-Abeba", a-t-il ajouté.
  •  
  • "J’ai été élu pour cinq ans, or le coup d’Etat a eu lieu quinze mois après ma prise de fonctions. Seul, le peuple mauritanien pourra me faire partir, et en s’exprimant de la même façon qu’il m’a fait venir", a-t-il poursuivi.
  •  
  • Interrogé sur la stratégie du général Abdel Aziz qui recherche le soutien des populations en affichant une politique de proximité favorable aux pauvres, M. Abdallahi a estimé qu’il fallait "se méfier des apparences", dénonçant un faux discours.
  •  
  • Le régime en place a annoncé l’organisation d’élections présidentielles en 2009 déjà rejetées par l’opposition au coup d’Etat qui réclame le retour du président Abdallahi. Selon l’agence officielle, la nouvelle loi de finances votée mercredi est majoritairement orientée vers des secteurs sociaux et la lutte contre la pauvreté.
  •  
  • L’Union européenne (UE) a menacé la Mauritanie de sanctions, qui pourraient passer par une suspension des relations diplomatiques ou de l’aide au développement (hors aide humanitaire).
  •    
  • AFP

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!