Santé & Bien-être

Des chercheurs assurent avoir découvert un virus qui tue des cellules cancéreuses

Une avancée semble avoir été réalisée par des scientifiques britanniques dans le traitement du cancer, par le biais de souches du virus du rhume. Ils ont mené une expérience novatrice afin de prouver leurs hypothèses.

Des scientifiques britanniques ont annoncé que certaines souches du virus du rhume peuvent vaincre le cancer. Ces souches, connues sous le nom de coxsackievirus ou CVA21, sont capables de détruire des cellules cancéreuses dans le sang, relate le quotidien britannique The Telegraph.

Les chercheurs de l’université du Surrey ont mené une expérience novatrice afin de tester leur hypothèse. Ils ont injecté à 15 patients qui souffraient d’un cancer de la vessie non invasif sur le plan musculaire des souches du virus du rhume, une semaine avant l’intervention chirurgicale prévue.

Une analyse des tissus après la chirurgie a exposé le fait que le virus s’était attaqué aux cellules cancéreuses en les détruisant. Qui plus est, le virus s’était même dupliqué en se renforçant.

«Le virus a pénétré les cellules cancéreuses et les a détruites en déclenchant une protéine immunitaire qui signale aux autres cellules immunitaires de rejoindre la fête», a expliqué Hardev Pandha, l’auteur principal de l’étude en question et professeur d’oncologie à l’université du Surrey.

En outre, en étudiant les analyses des patients qui ont participé à l’expérience, les chercheurs ont constaté que, dès que le virus du rhume attaquait et tuait une cellule cancéreuse, il se reproduisait et continuait à agresser les autres cellules cancéreuses. Aucun des volontaires qui ont subi cette injection n’ont éprouvé de sérieux effets secondaires.

Les scientifiques soulignent que ces résultats représentent une avancée importante en ce qui concerne le traitement du cancer.

«Nous sommes très excités par cela. Le virus s’introduit dans le cancer et se réplique, comme une petite usine de virus. Il est très spécifique dans le ciblage du cancer. Il possède la toxicité la moindre que j’ai vue pendant des années», a ajouté le chercheur.

 

 

 

Sputnik

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close