En directAlgérie

Choléra : Le produit agricole irrigué à l’eau d’égout, suspect N°1 (Institut Pasteur)

Algérie – L’épidémie du choléra continue d’alimenter l’actualité et reste un sujet de préoccupation majeur dans la société. Depuis l’annonce de sa propagation, plusieurs thèses ont été avancées sur l’origine de cette véritable malédiction.

Ainsi, l’eau du robinet ou encore la source de Sidi El Kbir ont finalement été écartés comme pouvant être en cause. Et depuis, toute l’attention et les réserves de l’Institut Pasteur demeurent focalisées sur les produits agricoles irrigués aux eaux usées.

Dans son dernier point sur le choléra, la télévision Ennahar Tv, rapportait la publication de l’Institut Pasteur portant titre : « Information choléra. Mise à jour du 30 août 2018 ». Un passage du document évoque les réserves du centre de recherches sur plusieurs produits agricoles.

« La contamination de fruits, (pastèque, melon non lavé) ou légumes pouvant être consommés crus (carotte, concombre, salade, tomate, betterave), irrigués par une eau polluée par les matières fécales est également suspectée ».

Ces « agriculteurs » ne sont pas « indélicats », il s’agit de Criminels !

La question reste entière sur la traçabilité de ces produits. Mais aussi leur quantité et les points de vente où ils sont écoulés. D’autant qu’il semblerait que ces « agriculteurs » désignés comme « indélicats », ou « malhonnêtes » ne sont pas recensés par les services de contrôle (sensés exister). Des qualificatifs sous forme d’euphémisme. Alors même que leurs pratiques ne sont rien de moins que des actes criminels. Il s’agit donc de criminels passibles de lourdes sanctions pénales !

Lire aussi : Campagne de nettoyage : « C’est avant le déluge que Noé a construit son arche  » 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close